Bible

 

Jérémie 51:37

French: Martin (1744)         

Studovat vnitřní smysl

← Předchozí    Celá kapitola    Další →

37 Et Babylone sera réduite en monceaux, en demeure de dragons, en étonnement, et en opprobre, sans que personne [y] habite.

   Studovat vnitřní smysl
Swedenborg

Hlavní výklad ze Swedenborgových prací:

The Inner Meaning of the Prophets and Psalms 117


Další odkazy Swedenborga k tomuto verši:

L’Apocalypse Révélée 537, 721, 758, 785


References from Swedenborg's unpublished works:

Apocalypse Explained 601, 714, 1029, 1037

Hop to Similar Bible Verses

Ésaïe 34:13, 14

Jérémie 18:16, 51:29

Word/Phrase Explanations

Babylone
Babylon was an ancient city built on the Euphrates river in what is now southern Iraq. It once was the capital of a great empire...

habite
'To tarry,' as in Genesis 27:44, signifies almost the same thing as 'to dwell,' except that 'to tarry' relates to the life of truth with...

Ze Swedenborgových děl

 

Arcanes Célestes # 2686

Arcanes Célestes (Le Boys des Guays traduction)      

Study this Passage

Přejděte do sekce / 10837  

← Předchozí   Další →

2686. Que l'arc soit la doctrine du vrai, c'est ce qu'on voit par sa signification. Dans la Parole, partout où il s'agit de Guerres, et partout où sont racontées des guerres, il n'est signifié, dans le sens interne, que des guerres spirituelles, numéro 1664. Il y a eu aussi, dans l'Ancienne Église, des Livres qui étaient intitulés les Guerres de Jéhovah, comme on le voit dans Moïse, - Nombres 21:14-15, 16, - ces guerres qui avaient été écrites en style prophétique avaient un sens interne, et traitaient des combats et des tentations du Seigneur, ainsi que des combats et des tentations de l'Église et des hommes qui sont de l'Eglise ; c'est ce qui est évident, parce que quelques passages en ont été extraits par Moïse ; on le voit aussi par d'autres Livres de cette Église, qui sont nommés Livres des Enoncés prophétiques, - dont il est parlé, Nombres 21:27, 28, 29, 30, - dans lesquels sont presque les mêmes paroles qu'on trouve dans Jérémie, Confér. Nombres 21:28, Jérémie 48:45.

On peut aussi conclure par ces Livres que l'Ancienne Église a eu des Écrits, tant Historiques que Prophétiques, qui étaient Divins et inspirés, et qui, dans le sens interne, traitaient du Seigneur et de son Royaume, et que ces Écrits étaient la Parole pour les hommes de cette Église, comme sont pour nous les Livres Historiques et Prophétiques qui, dans le sens de la lettre, traitent des Juifs et des Israélites, mais qui, dans le sens interne, traitent du Seigneur et des choses appartenant au Seigneur. Comme la Guerre, dans la Parole ainsi que dans les Livres de l'Ancienne Eglise, signifiait la Guerre spirituelle, de même toutes les armes, telles que l'Épée, la Lance, le Bouclier, l'Écu, les Traits, les Flèches et l'Arc, signifiaient spécialement les choses qui appartiennent à la Guerre prise dans le sens spirituel ; il sera dit ailleurs, par la Divine Miséricorde du Seigneur, ce que signifie spécialement chacune de ces armes ; ici, il va être parlé de ce qui concerne l'arc, en ce qu'il signifie la doctrine du vrai, et cela, en raison des traits, flèches ou javelots, qui sont les doctrinaux d'après lesquels et avec lesquels combattent ceux surtout qui sont spirituels et qui, à cause de cela, furent jadis appelés Tireurs d'arc : que l'Arc signifie la Doctrine du vrai, c'est ce dont on peut se convaincre par ces passages ; dans Ésaïe :

« Les traits de Jéhovah (sont) aigus, et tous ses Arcs tendus ; les sabots de ses chevaux sont réputés comme le roc, et ses roues comme la tempête. » - Ésaïe 5:28.

Là, il s'agit des vrais de la doctrine ; les traits sont les vrais spirituels, l'arc la doctrine, les sabots des chevaux les vrais naturels ; les roues leur doctrine ; et comme ces choses ont de telles significations, elles sont attribuées à Jéhovah, auquel elles ne peuvent l'être que dans un sens spirituel, autrement ces expressions seraient vaines et non convenables.

Dans Jérémie :

« Le Seigneur a tendu son Arc comme un ennemi, il a affermi sa droite comme celui qui attaque, et il a tué tout ce qui était désirable à l'œil dans la tente de la fille de Sion, il a répandu comme un feu sa colère. » - Lamentations 2:4.

L'Arc est la doctrine du vrai, laquelle se montre à ceux qui sont dans les faux comme quelque chose d'ennemi et d'hostile ; aucun autre arc ne peut se dire du Seigneur.

Dans Habacuc :

« Jéhovah, tu montes sur tes chevaux, tes chars (sont) le salut ; ton Arc sera mis entièrement à nu. » - Lamentations 3:8-9 ;

Dans ce passage l'arc est aussi la doctrine du bien et du vrai.

Dans Moïse :

« Ils l'aigriront et ils lanceront des traits, et ils auront de la haine contre lui les Archers ; il s'assiéra sur la fermeté de son Arc, et les bras de ses mains seront fortifiés par les mains du puissant de Jacob ; de là (il sera) le Pasteur, la Pierre d'Israël. » - Genèse 49:23-24.

Là, il s'agit de Joseph ; l'Arc est la doctrine du bien et du vrai.

Dans Jean :

« Je vis, et voici un cheval blanc, et celui qui était monté dessus avait un Arc ; on lui donna une couronne. » - Apocalypse 6:2.

Le cheval blanc est la sagesse, et celui qui était dessus est la Parole, ainsi qu'il est clairement dit au Chapitre 19 : Vers. 13, où il s'agit de nouveau du cheval blanc ; et comme celui qui était dessus est la Parole, il est évident que l'Arc est la doctrine du vrai, Dans Ésaïe :

« Qui a de l'orient excité la justice ? Il l'a appelé à sa suite ; il a placé devant Lui les nations ; et l'a fait dominer sur les rois ; il (les) a livrés comme de la poussière à son épée, comme de la paille agitée à son Arc. » - Ésaïe 41:2.

Là, il s'agit du Seigneur ; l'épée est le vrai, l'arc est la doctrine qui procède du Seigneur.

Dans le Même :

« Je poserai en eux un signe, et j'enverrai des réchappes d'entre eux vers les nations de Tharschisch, de Pul et de Lud, qui tirent de l'arc, de Thubal et de Javan. » - Ésaïe 66:19.

Ceux qui tirent de l'arc sont ceux qui enseignent la doctrine ; on a vu ce qui est signifié par Tharschisch, numéro 1156 ; par Lud, numéros 1195, 1231 ; par Thubal, numéro 1151 ; par Javan, numéro 1152, 1153, 1155.

Dans Jérémie :

« A la voix du cavalier et du tireur d'arc, toute la ville a fui ; ils sont entrés dans les nuées, et ils sont montés dans les rochers ; toute la ville a été abandonnée. » - Jérémie 4:29.

Le cavalier signifie ceux qui disent le vrai, l'arc est la doctrine du vrai que fuient ou craignent ceux qui sont dans les faux.

Dans le Même :

« Rangez l'armée contre Babel, tout à l'entour ; vous tous qui tendez l'arc, tirez contre elle, n'épargnez pas les traits, parce qu'elle a péché contre Jéhovah. » - Jérémie 50:44, Jérémie 51:2-3.

Là, ceux qui tirent et qui tendent l'arc sont ceux qui disent et qui enseignent la doctrine du vrai.

Dans Zacharie :

« Je retrancherai le Char d'Ephraïm, et le cheval de Jérusalem ; et l'Arc de guerre sera retranché ; et il parlera de paix aux nations. » - .

Ephraïm, c'est l'entendement du vrai de l'Église ; l'arc, c'est la doctrine. Dans Samuel :

« David prononça une lamentation sur Saül et sur Jonathan son fils ; et il l'intitula : Enseignement aux fils de Juda pour l'arc. » - 2 Samuel 1:17-18.

Là, il s'agit, non de l'arc, mais des doctrinaux de la foi.

Dans Ézéchiel :

« Parole du Seigneur Jéhovih : c'est le jour dont j'ai parlé ; et les habitants des villes d'Israël sortiront, et ils embraseront et brûleront les armes, et l'écu, et le bouclier, et l'Arc, et les traits, et le bâton de main et la lance, et ils y embraseront le feu sept ans. » - Ézéchiel 39:9.

Les armes, nommées dans ce passage, sont toutes des armes de la guerre spirituelle ; l'arc avec les traits, c'est la doctrine et ses vrais.

Dans l'autre vie, les vrais mêmes séparés d'avec les biens paraissent comme des traits, quand ils sont représentés à la vue. De même que l'Arc signifie la doctrine du vrai, de même il signifie dans le sens opposé la doctrine du faux : les expressions de ce genre, dans la Parole, ont pour la plupart un sens opposé, comme il a été dit et montré très souvent ;

Par exemple, dans Jérémie :

« Voici, un peuple vient de la terre du Septentrion, et une grande nation sera excitée des confins de la terre ; ils saisissent l'Arc et la lance ; cette (nation est) cruelle, et ils n'auront point de compassion ; leur voix sera tumultueuse comme la mer, ils seront montés sur des chevaux, équipés comme un homme de guerre, contre toi, fille de Sion. » - Jérémie 6:22-23 ; dans ce passage l'arc est pris pour la doctrine du faux.

Dans le Même :

« Voici, un peuple vient du septentrion, et une grande nation et plusieurs rois seront excités des confins de la terre ; ils tiennent l'Arc et la lance, ils (sont) cruels, et ils n'ont point de compassion. » - Jérémie 50:41-42.

Même signification.

Dans le Même :

« Ils tendent leur langue, leur Arc (pour) le mensonge, et non pour la vérité ; ils prévalent dans la terre, » parce qu'ils s'en sont allés d'un mal dans un mal, et ils ne M'ont point connu. » - Jérémie 9:1, 2.

Que l'arc soit la doctrine du faux, ou le voit clairement, car il est dit qu'ils tendent la langue, que leur arc est pour le mensonge et non pour la vérité.

Dans le Même :

« Ainsi a dit Jéhovah Zebaoth : voici, Moi je vais briser l'Arc et d'Elam, le principe de sa force. » - Jérémie 49:35.

Dans David :

« Allez, voyez les œuvres de Jéhovah, qui met des solitudes en la terre, faisant cesser les guerres jusqu'à l'extrémité de la terre ; il brise l'Arc, il coupe la lance, il brûle les chariots au feu.

Psaumes 46:9-10.

Dans le Même :

« En Juda Dieu est connu, en Israël son Nom (est) grand ; et en Schalem sera son tabernacle, et son habitacle en Sion ; là il a brisé les traits enflammés de l'Arc, le bouclier, et l'épée, et la guerre. » - Psaumes 76:2-3, 4.

Dans le Même :

« Voici, les impies tendent l'Arc, ils préparent leurs flèches sur la corde pour (les) lancer dans les ténèbres contre ceux qui ont le cœur droit. » - Psaumes 11:2.

Ici, l'arc et les flèches sont évidemment pris pour les doctrinaux du faux.

(Odkazy: John 1:49; Numbers 21:14-16, 21:27-30)


Přejděte do sekce / 10837  

← Předchozí   Další →

   Study this Passage
From Swedenborg's Works

Inbound References:

Arcanes Célestes 2709, 2799, 3309, 3432, 3448, 3499, 4964, 5354, 6306, 6422, 6423, 6656, 7351, 7729, 8096, 8215, 8273, 8800, 8813, 8902, 9141, 9182, 9293, 9396, 9468, 9930, 9942, 9954, 10217, 10540, 10632

Le Cheval Blanc 6

La Nouvelle Jérusalem et sa Doctrine Céleste 255, 261


References from Swedenborg's unpublished works:

Apocalypse Explained 131, 195, 238, 242, 278, 375

Other New Christian Commentary

Ze Swedenborgových děl

 

Arcanes Célestes # 9930

Arcanes Célestes (Le Boys des Guays traduction)      

Study this Passage

Přejděte do sekce / 10837  

← Předchozí   Další →

9930. Et tu feras une plaque d'or pur, signifie l'illustration d'après le Divin Bien du Seigneur : on le voit par la signification de la plaque, en ce que c'est l'illustration ; et par la signification de l'or, en ce que c'est le bien de l'amour, ici le Divin Bien du Seigneur, parce qu'il y avait été inscrit, Sainteté à Jéhovah : que l'or soit le bien de l'amour, on le voit, numéros 113, 1551, 1552, 5658, 6914, 6917, 8932, 9490, 9510, 9874, 9881. Si la plaque est l'illustration, c'est à cause de la splendeur ; car elle resplendissait par l'or sur le front d'Aharon, et toute splendeur signifie l'illustration telle qu'elle est dans les deux par le Seigneur comme Soleil ; là, l'illustration est la sagesse et l'intelligence d'après le Divin Vrai procédant du Seigneur, car ce vrai illustre leurs intérieurs ; et leurs intérieurs correspondent chez l'homme à l'intellectuel qui est illustré parle Seigneur, quand le vrai et le bien de l'Église et du ciel sont perçus ; en effet, l'intellectuel est le sujet récipient, car sans sujet il n'y a aucune réception. Que cette plaque soit l'illustration procédant du Divin Bien du Seigneur, c'est parce qu'il y avait été inscrit, Sainteté à Jéhovah, et parce qu'elle avait été posée sur le front du turban qui était sur la tête d'Aharon ; la Sainteté qui procède de Jéhovah est le Divin Vrai procédant du Divin Bien du Seigneur, numéros 6788, 8302, 8330, 9229, 9680, 9820 : pour que cela représentât l'éclat ou l'illustration dont proviennent la sagesse et l'intelligence, cette plaque était attachée au front du turban. Comme la plaque signifiait l'illustration procédant du Divin Bien du Seigneur, c'est pour cela qu'elle était aussi appelée plaque de la couronne de sainteté, et même couronne de sainteté, car la couronne est le représentatif du Divin Bien, et la sainteté est le Divin Vrai qui en procède, ainsi qu'il a été dit ci-dessus : qu'elle ait été appelée plaque de la couronne de sainteté, on le voit clairement dans la suite de ce Livre de l'Exode :

« Enfin ils firent la plaque de la couronne de sainteté d'or pur, et ils écrivirent sur elle en écriture de gravures de sceau : Sainteté à Jéhovah. » - Exode 39:30 :

Qu'elle ait aussi été appelée Couronne de sainteté, on le voit ailleurs dans l'Exode :

« Tu poseras le turban sur sa tête, et tu mettras la couronne de sainteté sur le turban. » - Exode 29:6 ;

Et dans le Lévitique :

« Et il lui mit le turban sur la tête, et il mit sur le turban du côté de ses faces la Plaque d'or, la Couronne de Sainteté. » - Lévitique 8:9. -Que la Couronne ait représenté le Divin Bien dont procède le Divin Vrai, on le voit par les Couronnes des Rois, car les Rois représentaient le Seigneur quant au Divin Vrai, voir numéros 2015, 2069, 3009, 4581, 4966, 5044, 5068, 6148 ; en conséquence ils avaient une couronne sur la tête et un sceptre dans la main, car le gouvernement d'après le Divin Bien était représenté par la couronne, et le gouvernement d'après le Divin Vrai par le sceptre. Que telle soit la signification de la couronne, on le voit par les passages suivants ; dans David :

« Je ferai germer une corne à David, je préparerai une lampe à mon Oint ; ses ennemis je couvrirai de honte ; mais sur Lui fleurira sa couronne. " - Psaumes 132:17-18 ;

Là, David est le Seigneur, numéro 1888 ; l'Oint est aussi le Seigneur, numéros 3008, 3009 ; la corne est sa puissance, numéros 2832, 9081 ; la lampe est le Divin Vrai dont provient l'Intelligence, numéros 9548, 9783 ; la couronne est le Divin Bien dont provient la Sagesse ; de là provient aussi son gouvernement ; la couronne, qui est la sagesse, est dit fleurir par tout ce qu'il s'est acquis quant à l'Humain, dans le monde, par des combats et des victoires contre les enfers, numéros 9548, 9783 ; et les enfers sont les ennemis qui seront couverts de honte.

Dans le Même

« Tu exerces la colère contre ton Oint, tu as damné jusqu'à terre sa Couronne. » - Psaumes 89:40 ;

Là aussi l'Oint est le Seigneur ; la colère est l'état des tentations, dans lequel il était, quand il combattait contre les enfers ; la lamentation alors est décrite par la colère et par la damnation, comme dernière tentation du Seigneur sur la croix, en ce qu'il était abandonné ; en effet, la croix était le dernier (degré) des tentations ou des combats contre les enfers, et après cette dernière tentation il revêtit le Divin Bien, et il unit ainsi son Divin Humain au Divin Môme qui était en Lui.

Dans Ésaïe :

« En ce jour-là Jéhovah Zebaoth sera pour Couronne d'ornement, et pour tiare d'honneur, aux restes de son peuple. “ - Ésaïe 28:5 ;

La couronne d'ornement, c'est la sagesse qui appartient au bien d'après le Divin ; la tiare d'honneur, c'est l'intelligence qui appartient au vrai d'après ce bien ; cela est dit des Divins chez le peuple ; là, le peuple est l'Église, parce que l'Église était chez ce peuple.

Dans le Même :

« A cause de Sion je ne me tairai point, et à cause de Jérusalem je ne me reposerai point, jusqu'à ce que sorte comme une splendeur sa justice, et que son salut comme une lampe s'enflamme : et tu seras une couronne d'honneur dans la main de Jéhovah, et un turban royal dans la main de ton Dieu. » - Ésaïe 62:1, 3.

Par Sion et par Jérusalem il est entendu l'Église, par Sion l'Église céleste, et par Jérusalem l'Église spirituelle ; la couronne d'honneur est la sagesse qui appartient au bien, et le turban royal est l'intelligence qui appartient au vrai ; comme la couronne signifie la sagesse qui appartient au bien, il est dit dans la main de Jéhovah ; et comme le turban signifie l'intelligence qui appartient au vrai, il est dit dans la main de Dieu, car lorsqu'il s'agit du bien, il est dit Jéhovah, et lorsqu'il s'agit du vrai, il est dit Dieu, numéros 2586, 2769, 6905.

Dans Jérémie :

« Dis au Roi et à la Souveraine : Abaissez-vous, asseyez-vous, car il est descendu l'ornement de votre tête, votre couronne d'honneur. “ - Jérémie 13:18 ;

La couronne d'honneur est la sagesse qui appartient au bien d'après le Divin Vrai, car l'honneur est le Divin Vrai de l'Église, numéro 9815.

Dans le Même :

« Elle a cessé, la joie de notre cœur ; elle s'est changée en deuil, notre danse ; elle est tombée, la couronne de notre tête. " - Lamentations 5:15-16 ;

La couronne de la tête, c'est la sagesse qu'ont ceux qui sont de l'Église d'après le Divin Vrai, sagesse par laquelle ils ont plus d'excellence que tous les autres peuples, et par suite une sorte de direction sur eux.

Dans Ézéchiel :

« Je mis un pendant sur ton nez, et des boucles à tes oreilles, et une couronne d'ornement sur ta tête. » - Ézéchiel 16:12 ;

Là, il s'agit de l'instauration de l'Église ; le pendant sur le nez, c'est la perception du bien ; les boucles aux oreilles, c'est la perception du vrai et l'obéissance ; la couronne sur la tête, c'est la sagesse qui en provient.

Dans Job :

« Et il m'a dépouillé de ma gloire, et il a ôté la couronne de ma tête. » - Job 19:9 ;

La gloire est l'intelligence qui appartient au Divin Vrai, numéro 9429 ; la couronne de la tête est la sagesse qui en provient.

Dans Apocalypse :

« Sur les trônes je vis vingt-quatre Anciens couverts de vêtements blancs, et ils avaient sur leurs têtes des couronnes d'or. Ils se prosternaient devant Celui qui était assis sur le trône, et ils adoraient Celui qui vit dans lès-siècles des siècles, et ils jetaient leurs couronnes devant le trône. » - Apocalypse 4:4, 10 ;

Les vingt-quatre Anciens signifient tous ceux qui sont dans le bien d'après les vrais, et dans le sens abstrait tous les biens d'après les vrais, numéros 6524, 9404 ; les trônes sont les vrais procédant du Divin, numéros 5313, 6397, 8625, 9039 ; les couronnes d'or sur les têtes sont les représentatifs de la sagesse procédant du Divin, et comme elle procède du Divin, c'est pour cela qu'ils jetaient les couronnes devant Celui qui était assis sur le trône. Comme le bien de la sagesse est acquis par les combats des tentations qui se font par les vrais de la foi, c'est pour cela que des couronnes étaient attribuées à ceux qui combattaient contre les maux et les faux, et qui étaient victorieux, c'est aussi pour cela que les couronnes du martyr étaient des marques de l'empire accordé par le Seigneur sur les maux : que les couronnes soient les prix de la victoire sur les maux, et que ce soit pour cela qu'elles sont les biens de la sagesse par la raison que ces biens sont des prix, c'est aussi ce qu'on voit d'après Apocalypse :

« Je vis, et voici un Cheval blanc, et Celui qui était assis dessus avait un arc, et il lui fut donné une couronne ; et il sortit victorieux, et afin de vaincre. » - Apocalypse 6:2.

Le cheval blanc et celui qui était assis dessus, c'est le Seigneur quant à la Parole, numéros 2760, 3761, 2762 ; l'arc est la doctrine du vrai, par laquelle on combat, numéros 2686, 2709 ; de là, il est évident que la Couronne, puisqu'il s'agit du Seigneur, est le Divin Bien, qui est le prix de la victoire. Et ailleurs :

« Ensuite je vis, et voici une nuée blanche, et sur la nuée quelqu'un assis semblable à un Fils d'homme, ayant sur sa tête une couronne d'or, et dans sa main une faux tranchante. » - Apocalypse 14:14 ;

La nuée blanche, c'est le sens littéral de la Parole, numéros 4060, 4391, 5922, 6343 (fin), 6752, 8981 ; le Fils d'homme est le Divin Vrai qui procède du Seigneur, numéro 9807 ; la couronne d'or est le Divin Bien dont procède le Divin Vrai ; la faux tranchante est la dissipation du mal et du faux. Ailleurs :

« Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la couronne de la vie. » - Apocalypse 2:10 :

Et ailleurs :

« Voici, je viens vite, retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. » - Apocalypse 3:11 ;

La couronne est le bien provenant des vrais, ainsi la sagesse, car la sagesse appartient au bien de l'amour provenant des vrais de la foi. Maintenant, d'après ce qui vient d'être dit, on peut voir ce qui est signifié par la couronne, et par suite ce qui est signifié par la couronne de sainteté, qui était la plaque d'or, sur laquelle il avait été inscrit : Sainteté à Jéhovah.

(Odkazy: Arcana Coelestia 1551-1552)


Přejděte do sekce / 10837  

← Předchozí   Další →

   Study this Passage
From Swedenborg's Works

Inbound References:

Arcanes Célestes 10009, 10540

The Last Judgment 39

La Nouvelle Jérusalem et sa Doctrine Céleste 35, 120


References from Swedenborg's unpublished works:

Apocalypse Explained 31, 272

Other New Christian Commentary

Přeložit: