Liberté et responsabilité

        | Par Rev. Walter E. Orthwein (machine translated into Français)

The Liberty Bell, with its inscription: "Proclaim Liberty Throughout All the Land Unto All the Inhabitants thereof."

(Ce texte est tiré d'un discours prononcé lors d'une chapelle au Bryn Athyn College, le 16 septembre 2002, par le révérend W.E. Orthwein. 1 )

"Proclamez la liberté dans tout le pays pour tous ses habitants." (Lévitique 25:10)

Ce verset du Lévitique est inscrit sur la Cloche de la Liberté. C'est tout à fait approprié, car comme le dit le Seigneur dans l'Évangile de Jean, c'est sa Parole qui rend les gens libres.

Il n'a pas seulement dit "la vérité vous rendra libres", mais ceci :

"Si vous demeurez dans ma Parole.... vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres." (Jean 8:31-32)

Parce que le Seigneur nous a créés pour être libres, le désir de liberté est inscrit dans la nature humaine. Le mot même "humain" implique "libre". Les deux facultés qui nous rendent humains sont la liberté et la rationalité.

C'est pourquoi la liberté est un droit. Les gens disent qu'ils ont droit à toutes sortes de choses - l'éducation, un emploi, des soins médicaux - mais le droit d'être libre est un droit essentiel et absolu parce qu'il découle de ce que nous sommes réellement, par conception, par décret divin.

C'est pourquoi, dans la Déclaration d'indépendance, ce droit est dit "inaliénable", un droit dont les gens sont "dotés par leur Créateur". Ce n'est pas un droit accordé par un gouvernement ou une agence humaine, mais il vient de Dieu.

De même, la Constitution des États-Unis n'est pas un document délimitant les droits accordés au peuple par le gouvernement, bien au contraire. Elle décrit les pouvoirs accordés au gouvernement par le peuple et impose des limites strictes à ces pouvoirs, de peur que le gouvernement ne porte atteinte à la liberté du peuple.

Ces documents - la Déclaration d'indépendance et la Constitution - qui ont donné naissance à la forme américaine de gouvernement et sur lesquels elle repose, sont des échos de cette ancienne proclamation lévitique de la liberté.

Dans les enseignements de la Nouvelle Église, la liberté et la rationalité sont inséparablement liées. La liberté nous a été donnée parce que notre union, par amour, avec le Seigneur doit être réciproque ; l'amour ne peut être donné et accepté que librement. Et la rationalité nous a été donnée pour le bien de la liberté.

Que signifierait être libre sans comprendre ?

Les Ecrits nous donnent des définitions nouvelles et assez profondes de la "rationalité" et de la "liberté". La rationalité est définie comme la capacité de comprendre ce qui est bon et vrai. (Du Divin Amour et de la Divine Sagesse 240) Il ne s'agit pas de logique froide, ou de l'utilisation de la raison en dehors de l'amour et de la foi religieuse, mais de la capacité à saisir les principes spirituels et à les appliquer à la vie naturelle. C'est "la capacité de recevoir la lumière spirituelle". (Du Divin Amour et de la Divine Sagesse 247) Elle est donc étroitement liée à la "conscience". Une personne sans conscience pourrait être capable de raisonner très intelligemment, mais ne serait pas "rationnelle" comme ce mot est utilisé dans les Ecrits.

Une conception très similaire de la rationalité prévalait chez les fondateurs des Etats-Unis. Ils appréciaient la raison et se méfiaient du dogme et de la superstition des églises établies, mais il ressort clairement de nombre de leurs déclarations que Washington, Adams, Jefferson, Franklin et d'autres fondateurs ne concevaient pas la raison comme une activité intellectuelle distincte de la reconnaissance de Dieu et de sa Parole. Bien au contraire, à leurs yeux, la vertu et la sensibilité religieuse étaient considérées comme des éléments essentiels de la raison.

La "liberté" est définie dans les Écrits comme la capacité de faire - non pas ce que vous avez envie de faire sur le moment - mais de faire ce qui est vrai et bon. (Du Divin Amour et de la Divine Sagesse 240)

Et là encore, l'idéal de liberté qui prévalait chez les auteurs de la forme américaine de gouvernement était similaire. La liberté civile qu'ils cherchaient à établir ne visait pas seulement le confort matériel et le plaisir du peuple, mais aussi la liberté de s'améliorer spirituellement et de devenir plus véritablement humain.

Que vous disiez que la liberté ne peut exister qu'avec la rationalité ou avec l'ordre, c'est la même chose. L'utilisation de la raison consiste à discerner ce qui est ordonné - au sens le plus élevé, ce qui est conforme à l'ordre du ciel - et à transposer cet ordre dans nos vies.

L'ordre véritable découle de l'amour spirituel. L'ordre véritable de la vie humaine n'est pas le fruit d'une contrainte extérieure, mais se développe naturellement dans une société lorsque les amours des gens sont régis par la Parole.

Lorsqu'il n'y a pas d'ordre intérieur, lorsque les gens gèrent librement et rationnellement leur propre vie et réfrènent leurs appétits et leurs impulsions les plus bas, l'enfer se déchaîne et, pour survivre, la société est poussée à mettre en place un ordre imposé de l'extérieur, par la force.

Le fait est que la licence n'est pas la liberté ; la licence détruit la liberté. Nous devons apprendre à faire la distinction entre les deux. La liberté sans responsabilité ne peut perdurer. Il ne suffit pas de revendiquer nos droits, nous devons exercer la responsabilité qui rend ces droits possibles. "Si vous demeurez dans Ma Parole.... vous serez libres." (Jean 8:32)

La responsabilité signifie la responsabilité envers Dieu et envers nos semblables. L'amour du Seigneur et l'amour du prochain - ces deux grands commandements de la Parole du Seigneur - définissent l'essence de notre responsabilité, et le fait de les respecter est la clé pour conserver les droits auxquels nous tenons tant.

Tout commence par le fait d'éviter les maux comme des péchés. C'est le premier usage de la raison : recevoir la lumière de la vérité et, dans cette lumière, discerner les maux qui sont en nous afin de les contraindre et de les supprimer. Et c'est le premier usage de la liberté : s'obliger à suivre la vérité
au lieu de nos propres désirs naturels.

Cet enseignement familier de la Nouvelle Église, selon lequel nous avons la responsabilité personnelle de fuir les maux comme des péchés, fait que cette religion convient parfaitement à une société libre - tout comme les doctrines concernant l'utilité, la charité, la liberté et la rationalité, entre autres.

La liberté authentique ne peut exister que si la rationalité est authentique, c'est-à-dire si l'on comprend la vérité spirituelle et si l'on accepte les principes et les vertus qui définissent l'ordre du ciel. En d'autres termes, la liberté authentique ne peut exister sans la reconnaissance de Dieu et la volonté de vivre selon sa Parole.

Cela est vrai pour la liberté individuelle et pour la liberté civile d'une nation. Les fondateurs des États-Unis étaient très clairs sur le fait que le type de gouvernement qu'ils établissaient supposait des citoyens vertueux. Ils étaient tout à fait explicites à ce sujet. Le gouvernement par le peuple ne fonctionnerait que si le peuple était un peuple vertueux.

Parce qu'ils étaient conscients de la corruption de la nature humaine, il est possible de déceler dans leurs écrits une note de scepticisme quant à la pérennité du gouvernement qu'ils établissaient. D'un autre côté, parce qu'ils avaient confiance en la providence, ils étaient également pleins d'espoir.

De nos jours, le mot même de "vertu" a une consonance démodée. Nous sommes plus à l'aise pour parler de "valeurs", un concept beaucoup plus malléable et moins exigeant. À nos oreilles sophistiquées, les noms mêmes des vertus humaines traditionnelles semblent désuets, voire carrément ringards. Piété. L'humilité. Le courage. Chasteté. Honnêteté. Patriotisme. Patience. Industrie. L'épargne. L'autonomie, mais aussi la volonté de coopérer avec les autres pour le bien de toute la communauté.

Mais si nous voulons rester libres, ces vertus sont essentielles. Les idéaux célestes ne sont pas ramenés sur terre facilement, ni sans conflit. Leur mise en œuvre ne sera pas parfaite, car les êtres humains ne sont pas parfaits et ce monde n'est pas parfait.

Dans cette optique, la fissure de la Liberty Bell semble ne faire qu'en faire un symbole encore meilleur de la liberté américaine. L'Amérique est un chantier en cours. Elle l'a toujours été et le sera toujours. Ses grands idéaux ne sont peut-être qu'imparfaitement réalisés, mais le pays ne cesse de s'efforcer de les réaliser plus parfaitement.

Qu'il en soit ainsi pour chacun d'entre nous. Qui parmi nous peut dire qu'il est pleinement à la hauteur des idéaux qu'il professe ? Pourtant, nous devons continuer à essayer. Et dans ce monde loin d'être parfait, l'expérience américaine de gouvernement libre continue de briller comme un phare pour le monde.

On dit souvent que "la paix commence avec moi". Ou "la charité commence avec moi". Il en va de même pour la liberté. Nous avons la responsabilité de nous examiner et de nous efforcer d'être dignes de la liberté civile dont nous jouissons. (Voir La Vraie Religion Chrétienne 414.)

Le Seigneur a dit que nous ne devions pas cacher notre lumière sous le boisseau, mais la laisser briller pour que les autres puissent la voir. C'est également vrai pour la lumière de la liberté. Et du son de la liberté. Si nous l'apprécions, si nous en comprenons la nature et si nous nous efforçons de nous rendre dignes de l'exercer, alors le commandement du Seigneur sera respecté et le son joyeux de la liberté résonnera toujours plus fort dans tout le pays, pour tous ses habitants.

Footnotes:

1. Note de l'éditeur du NCBS : Cette conférence a été donnée un an après les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Il s'agit d'un exposé centré sur les États-Unis, mais la discussion de l'auteur sur les idéaux des fondateurs américains et l'expérience américaine s'applique plus largement - aux besoins humains plus universels de liberté et de responsabilité.