The Bible

 

Michée 2:4

French: Louis Segond (1910)         

Study the Inner Meaning

← Previous    Full Chapter    Next →

4 En ce jour-là, on fera de vous un sujet de sarcasme, On poussera des cris lamentables, On dira: Nous sommes entièrement dévastés! Il donne à d'autres la part de mon peuple! Eh quoi! il me l'enlève! Il distribue nos champs à l'ennemi!...

   Study the Inner Meaning

Exploring the Meaning of Micah 2      

By New Christian Bible Study Staff

Premeditated evil is worse than evil done on the spur of the moment, because the will to do evil is more involved. In Micah 2:1, 2, the hand represents power 1 , and when the evildoer treats his power as his god, the penalty is great. The planning that goes into coveting is a similar thing.

In Micah 2:3-5, the family means the church - the state of spiritual life - as it was in both kingdoms, Israel and Judah. The words here tell that both these parts of the church will be devastated, first one and then the other. Thus, in the end, there will be none left in the land of Canaan, and there will be no choosing of inheritance, as was done with Joshua back when the land was first divided amongst the 12 tribes. (See Joshua 13 through 16). To cast a cord is to use a measuring cord to plot out a piece of land.

Micah 2:6, 7. To drop down means to drop knowledge down to one who does not know, that is, to teach. Those who are in evil are not humble enough to be taught. Only those who “walk uprightly” profit from teaching about the Lord and His Word.

Micah 2:8,9. People who are not humble enough to learn truths become enemies to good people. They will try to argue away the truths from someone who uses them to fight temptations. In these verses, the stolen garment means truths 2 . The war means temptations. The gentle love of feeling close to the Lord, and the love of innocence 3 , will be attacked by evil people who will try to destroy them by scoffing and denial.

Micah 2:10, 11. The unteachable people of that dying church will perish. They will only accept teachings from a prophet who promises wine and strong drink. In a good sense, wine in the Word represents truth, as when it's used in the holy supper. But, like all natural things, the meaning can sometimes be used in the opposite way, as here, where it means the falsities of evil. 4

Micah 2:12, 13. There will still be a few people who remain good, and true. These will be gathered by the Lord as a flock to its fold. From their speaking they can be judged, and then led on to the new church established by Jehovah.

The takeaways for us, reading this text 2600 years later, could be boiled down to these truths:
- Don't premeditate evil.
- We need to be humble enough to learn truths about the Lord.
- If we walk uprightly, we have a chance to receive truth, and practice it, and benefit from what we learn.
- If we remain good and true, the Lord can lead us.

-----
Footnotes:

1. For reference, see Arcana Coelestia 4402[9].

2. See Arcana Coelestia 8942.

3. See Arcana Coelestia 5608[8].

4. See Apocalypse Explained 376[18].

-----

From Swedenborg's Works

Main explanations:

The Inner Meaning of the Prophets and Psalms 216


Other references to this verse:

Arcanes Célestes 9854

Doctrine de a Nouvelle Jérusalem sur Le Seigneur 4


References from Swedenborg's unpublished works:

Coronis (An Appendix to True Christian Religion) 58

Other New Christian Commentary

  Stories and their meanings:



Hop to Similar Bible Verses

Jérémie 9:16

Habacuc 2:6

Word/Phrase Explanations

jour
"Day" describes a state in which we are turned toward the Lord, and are receiving light (which is truth) and heat (which is a desire...

nous
Angels do give us guidance, but they are mere helpers; the Lord alone governs us, through angels and spirits. Since angels have their assisting role,...

champs
When we have a desire to be good people and to do good things, the natural first questions are "What does that mean?" "What should...

From Swedenborg's Works

 

Arcanes Célestes #3542

Arcanes Célestes (Le Boys des Guays traduction)      

Study this Passage

Go to section / 10837  

← Previous   Next →

3542. Et sur le Lisse de son cou, signifie afin que le vrai disjoignant ne se montrât point : on le voit par l'expression du lisse ou de lisse, en ce que cela concerne le vrai, numéro 3527 ; et par la signification du cou, en ce que c'est ce qui conjoint, ainsi qu'il va être expliqué ; ici donc, comme c'était une apparence sur le lisse de son cou, c'était afin que le vrai disjoignant ne se montrât point. D'après ce qui a été dit et exposé ci-dessus, numéro 3539, on peut voir comment ces choses se passent, c'est-à-dire que ce bien et ces vrais, qui découlent de l'entendement et non en même temps de la volonté, ne sont ni un bien ni des vrais, de quelque manière qu'ils le paraissent dans la forme externe ; et s'il y a volonté du mal, le bien et les vrais disjoignent et ne conjoignent point ; si, au contraire, il y a quelque volonté du bien, alors ils ne disjoignent point mais conjoignent, quoiqu'ils aient été disposés dans un ordre inverse, car par eux l'homme est régénéré ; et parce qu'ainsi disposés ils servent d'abord à régénérer l'homme, il est dit qu'ainsi le vrai disjoignant ne se montrerait point ; mais dans la suite il sera donné sur ce sujet de plus grandes explications. Si le Cou signifie ce qui conjoint, c'est parce que chez l'homme les supérieurs qui appartiennent à la tête elles inférieurs qui appartiennent au corps communiquent entre eux par le cou qui les sépare : de là vient que non-seulement l'influx, mais aussi la communication, et par conséquent la conjonction, sont signifiés par cet intermédiaire ; on pourra le voir encore plus clairement par les Correspondances du Très-Grand Homme avec ce qui appartient au corps humain, correspondances dont il sera parlé à la fin du Chapitre ; c'est de là que par le Cou pareille chose est signifiée dans la Parole ; par exemple, dans Ésaïe :

« Son esprit (est) comme un torrent qui déborde, jusqu'au Cou il partagera en deux. » - Ésaïe 30:28.

Là, le torrent qui déborde, c'est le faux qui déborde ainsi ; partager en deux jusqu'au cou, c'est fermer et intercepter la communication et par suite la conjonction des supérieurs avec les inférieurs ; elles sont fermées et interceptées quand le bien et les vrais spirituels ne sont pas reçus.

Dans Habacuc :

« Tu as frappé la tête de la maison de l'impie, en découvrant le fondement jusqu'au cou. » - Habacuc 3:13.

Frapper la tête de la maison de l'impie, c'est détruire les principes du faux ; en découvrant le fondement jusqu'au cou, c'est en interceptant ainsi la conjonction.

Dans Jérémie :

« Les prévarications enlacées, ont monté sur mon Cou, il a abattu mes forces, Dieu m'a livré en des mains, (d'où) je ne puis me relever. » - Lamentations 1:14.

Les prévarications enlacées ont monté sur mon cou, ce sont les faux vers les intérieurs ou les rationnels. Comme le Cou signifiait cette communication et cette conjonction, c'est pour cela que les liens du cou ont signifié l'interception, par conséquent la désolation du vrai, laquelle existe quand les spirituels, qui influent continuellement du Seigneur, ne sont plus admis dans le rationnel de l'homme, ni par conséquent dans son naturel ; c'est cette interception ou désolation qui est représentée dans Jérémie, en ce qu'il devait se faire des liens et des jougs, et les mettre sur son Cou, elles envoyer aux peuples et dire qu'ils serviraient Nébuchadnézar, roi de Babel, et que ceux qui ne soumettraient pas leur Cou à son joug seraient visités par l'épée, la famine et la peste ; mais que ceux qui soumettraient leur cou seraient laissés sur la terre. » - Jérem. , , , .

Soumettre son cou au joug du roi de Babel et le servir, c'est être désolé quant au vrai et dévasté quant au bien ; que ce soit Habel qui dévaste, on le voit. Numéro 1327 (fin). ; et qu'on soit, dévasté, afin que les choses saintes ne soient pas profanées, on le voit, numéros 301, 302, 303, 1327, 1328, 2426, 3398, 3399, 3402 ; et comme par l'interception de l'influx du bien et du vrai on devient esclave du mal et du faux, c'est aussi pour cela que soumettre son cou au joug, c'est servir.

Dans le Même :

« Ainsi a dit Jéhovah : Je briserai le joug de Nébuchadnézar, roi de Babel, dans l'espace de deux ans de jours, de dessus le cou de toutes les nations. » - .

C’est-à-dire, qu'ils seraient délivrés de la vastation.

Dans Ésaïe :

« Dégage-toi de la poussière, lève-toi, assieds-toi, Jérusalem ; délie les liens de ton cou, captive fille de Sion. » - Ésaïe 52:2.

Délier les liens du cou, c'est admettre et recevoir le bien et le vrai.

Dans Michée :

« Voici, je pense contre cette famille un mal, dont vous ne retirerez pas vos cous, et vous n'irez pas droits, car un temps de mal (sera) celui-là. » - Michée 2:3.

Ne pas retirer son cou du mal, c'est ne pas admettre le vrai ; ne pas aller droit, c'est par conséquent ne pas regarder vers les supérieurs ou vers les choses qui appartiennent au ciel, numéro 248.

Go to section / 10837  

← Previous   Next →

   Study this Passage
From Swedenborg's Works

Inbound References:

Arcanes Célestes 3603, 3695, 4352, 5320, 5926, 6033, 8079, 9755, 9913, 10429

Du Divin Amour et de la Divine Sagesse 377

La Nouvelle Jérusalem et sa Doctrine Céleste 121

Other New Christian Commentary

Translate: