Commentaire

 

Façons néfastes de juger

     

Par Rev. Jeffrey Smith (machine translated into Français)

Do not judge, written with Scrabble letters.

"Ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugés." Ça peut sembler bon et juste d'utiliser ce verset, non ? Et assurez-vous de dire "vous" pour que ça fasse encore plus autorité. Cela peut arrêter tous les juges dans leur élan.

Ce verset est peut-être l'une des phrases les plus connues des Écritures, et peut-être aussi la plus utilisée par les chrétiens et les non-chrétiens.

Les gens ne semblent pas aimer être jugés, n'est-ce pas ? Ils n'aiment pas qu'on leur fasse remarquer leurs erreurs. Il est possible qu'ils se sentent mauvais, ou stupides, ou méprisés lorsqu'ils sont jugés.

Ils disent des choses comme "De quel droit me jugez-vous ?"

Et c'est une bonne question : quel droit avons-nous de juger une autre personne ? Si nous voyons un voisin faire quelque chose de mal, avons-nous le droit de le juger ? S'il dit quelque chose d'horrible, pouvons-nous le juger sur la base de ce que nous entendons ? Eh bien, peut-être devrions-nous examiner attentivement ce que le Seigneur nous dit au sujet du jugement ? Nous saurons alors si nous pouvons vraiment juger ou non.

Dans l'histoire de l'onction de David, le Seigneur n'était pas d'accord avec Samuel lorsqu'il pensait que le premier fils de Jessé ferait un bon roi :

"Ne regarde pas à son apparence ou à la hauteur de sa stature, car je l'ai rejeté. Car le Seigneur ne voit pas comme l'homme : l'homme regarde l'apparence extérieure, mais le Seigneur regarde le cœur " (1 Samuel 16:7)

Dans la Parole du Seigneur, la hauteur est un symbole de bonté. Avec cette référence à la hauteur dans l'histoire d'aujourd'hui, cependant, Jéhovah dit que l'homme regarde l'apparence extérieure. Ainsi, la hauteur, ou la bonté que NOUS regardons, est simplement la bonté que nous observons avec nos yeux et nos oreilles. Nous voyons ce que les gens font et entendons ce qu'ils disent, et c'est ainsi que nous jugeons. MÊME si nous jugeons les actions et les paroles des gens sur la base de ce que le Seigneur nous dit dans la Bible, nous ne jugeons toujours que l'apparence extérieure.
Juger d'après l'apparence entraînera éventuellement des erreurs de jugement. Le Seigneur, cependant, peut voir ce que nous ne pouvons pas voir - les intentions du cœur d'une personne. Même si quelqu'un disait : "Voici les intentions de mon cœur", nous ne pouvons pas vraiment le savoir.

Alors, quelles sont les autres choses que le Seigneur dit à propos de ne pas juger ?

Jetons un coup d'œil à Matthieu 7:1-3 avec les versets qui commencent par "ne juge pas" :

"Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. Car c'est avec le jugement dont vous jugez que vous serez jugés, et c'est avec la mesure dont vous vous servez qu'on vous mesurera. Et pourquoi regardes-tu la paille dans l'oeil de ton frère, et ne considères-tu pas la poutre dans ton propre oeil ? Comment peux-tu dire à ton frère : "Laisse-moi enlever la paille de ton oeil", et regarde, il y a une paille dans ton propre oeil ?".

Ces paroles du Seigneur sont assez claires : nous ne devons pas juger. Et si nous jugeons, nous serons également jugés de la même manière. Ces mots rappellent la prière du Seigneur qui dit "pardonne-nous nos dettes comme nous pardonnons aussi à nos débiteurs", mais ici ce serait plutôt "ne nous juge pas comme nous ne jugeons pas les autres". En poursuivant les versets, nous apprenons la raison pour laquelle nous ne devons pas juger : c'est parce que nous avons une planche dans l'œil, de sorte que nous n'avons pas la vue perçante qui est nécessaire pour juger.

Vous voyez, le bois est un symbole pour les bonnes choses que nous faisons. L'œil est un symbole pour notre capacité à comprendre les idées vraies. Ainsi, un morceau de bois dans l'œil représente une situation dans laquelle notre bien extérieur inhibe notre compréhension d'une certaine manière, ou, en d'autres termes, nos bonnes actions quotidiennes de base deviennent une raison de ne pas faire d'effort pour comprendre davantage.

Imaginez un grand nombre d'exemples de la vie réelle dans lesquels une personne commet de plus grands actes de bonté que son voisin, et se sent donc justifiée de juger ce dernier. Je dis "de nombreux exemples de la vie réelle" parce que la personne moyenne - et peut-être même la personne au-dessus de la moyenne - fait probablement cela tous les jours. Nous faisons quelque chose de bien, et nous remarquons que quelqu'un d'autre fait moins bien, et nous pensons alors qu'il est de notre devoir d'essayer de le corriger ... ou de le juger.

Notre mot anglais "judge" ne rend pas vraiment justice au mot grec. En anglais, le mot judge peut simplement signifier discerner ou distinguer le bien du mal. Le mot grec, cependant, contient plus qu'un soupçon de condamnation. Une compréhension un peu plus claire de "ne pas juger" serait donc que nous ne devons pas juger notre prochain d'une manière condamnatoire. Rappelez-vous ce qu'Il a dit à la foule : "Que celui d'entre vous qui est sans péché jette la première pierre." La pierre, dans ce cas, est une idée vraie qui vise à détruire, et non à aider. Ce que le Seigneur veut dire, c'est que nous ne sommes jamais qualifiés pour utiliser la vérité de manière à condamner.

Après tout, le jugement est réservé au Seigneur, n'est-ce pas ? N'est-il pas le seul à pouvoir juger ? N'est-ce pas à Lui que revient la décision finale de savoir qui va au ciel ou en enfer ? Voyons ce qu'IL dit à ce sujet.

Dans Luc - Quelqu'un dans la foule dit à Jésus : " Maître, dis à mon frère de partager avec moi l'héritage. " Mais Il lui répondit : "Homme, qui a fait de moi un juge ou un arbitre à votre égard ?" (Luc 12:13-14)

Le Seigneur, ici, semble nier qu'Il est un Juge. Peut-être veut-Il simplement dire dans les choses naturelles. Lisons encore un peu. Lisons cette fois-ci les enseignements du Nouveau Christianisme.

Dans Doctrine de l'Écriture Sainte -- "Le Seigneur seul, qui est omniscient et connaît le cœur de tous, siégera en jugement, et est capable de juger...."

C'est là. En noir et blanc. Le Seigneur siégera en jugement. Oh, attendez... on dirait que ça continue.

"...et que ses douze disciples signifient l'église quant à toutes les vérités et biens qu'elle possède du Seigneur par la Parole ; d'où la doctrine conclut que ces vérités jugeront tout le monde." (La Doctrine sur l'Écriture Sainte 51)

Oh, attendez. Je vois. Ça dit que les vérités vont juger tout le monde.

Hmmm... lisons un peu plus les évangiles :

Dans Jean :

" Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde pas, je ne le juge pas ; car je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me rejette et ne reçoit pas mes paroles a un juge ; la parole que j'ai dite le jugera au dernier jour. " (Jean 12:46-48)

Oui, le Seigneur nous le dit dans les évangiles, et nous pouvons le voir dans les enseignements de la Nouvelle Eglise également. Il semble que le "juge" soit la vérité du Seigneur. Comment cela fonctionne-t-il alors ? Comment se fait-il que le Seigneur ne juge pas, mais que sa vérité juge ?

Dans le livre Heaven and Hell, nous lisons : "Le Seigneur ne jette personne en enfer. Nous nous y jetons nous-mêmes, non seulement pendant que nous vivons dans ce monde, mais aussi après la mort, lorsque nous arrivons parmi les esprits. (Du Ciel et de l'Enfer 548)

Voici donc ce qui se passe : nous soumettons nos cœurs et nos croyances à la vérité, et si nous aimons la vérité, nous choisissons le paradis. Si nous ne l'aimons pas, nous la fuyons vers des enfers que nous avons créés nous-mêmes. Les gens mauvais ne peuvent pas supporter la lumière du ciel parce qu'elle brille dans leur cœur et leur montre - ainsi qu'à tous - qui ils sont vraiment. En s'éloignant de la lumière de la vérité, ils peuvent vivre dans l'illusion qu'ils sont les plus grands.

Il est vrai que nous ne devons pas juger. Mais quel genre de jugement devons-nous éviter ?
Les paroles du Seigneur "ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés" nous apprennent que nous ne devons pas juger de manière à condamner. Tout d'abord, le Seigneur n'envoie personne en enfer, et nous ne devrions pas non plus.

Lorsque le Seigneur dit : "Comment peux-tu dire à ton frère : "Laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil", alors que tu ne vois pas toi-même la paille qui est dans ton œil ?", nous apprenons que nous ne devons pas être hypocrites et moralisateurs. Nous pensons ou prétendons que nous avons l'autorité de montrer les défauts des autres simplement parce que nous faisons de bonnes œuvres. Mais la poutre dans notre œil signifie que nos bonnes œuvres ne font que nous aveugler.
Lorsque le Seigneur a dit à Samuel : "Le Seigneur ne voit pas comme l'homme : l'homme regarde l'apparence extérieure, mais le Seigneur regarde le cœur", il nous enseigne que nous ne pouvons pas porter de jugement spirituel sur les intentions de quelqu'un ou les désirs qui sont dans son cœur.

Quelles sont les façons dont nous ne devons pas juger ? NE PAS juger de manière à condamner. Ne soyez pas moralisateur, et surtout ne soyez pas hypocrite dans vos jugements. Et ne jugez surtout pas les intentions de quelqu'un ou son caractère spirituel.

Pour progresser spirituellement, nous devons d'abord arrêter de faire quelque chose de mal, puis nous pourrons faire quelque chose de bien.

"Cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien" (Ésaïe 1:16-17).

D'abord éviter les maux, ensuite faire le bien. Il y a des façons néfastes de juger, et nous devons cesser de le faire. Il n'y a rien d'utile qui en découle, et c'est nuisible pour vous-même et pour la personne que vous jugez.

Et... il y a aussi des façons utiles de juger. Voir ici pour un article sur comment juger correctement.

(Adapté d'un sermon de Jeffrey Smith, avril 2021)

Des oeuvres de Swedenborg

 

La Doctrine de l'Écriture Sainte #51

Étudier ce passage

        
/ 118  
  

51.I. La Parole sans la Doctrine n'est point comprise: c'est parce que la Parole, dans le sens de la lettre, consiste en de pures correspondances, afin que les spirituels et les célestes y soient en même temps, et que chaque mot en soit le contenant et le support; c'est pour cela que, dans le sens de la lettre, les vrais dans certains passages ne sont pas nus, mais sont des vrais vêtus qui sont appelés apparences du vrai, et sont pour la plupart accommodés à la conception des simples qui n'élèvent pas leurs pensées au-dessus des choses qu'ils voient devant leurs yeux; il y a quelques vrais qui apparaissent comme des contradictions, lorsque cependant dans la Parole, considérée dans sa lumière, il n'y a aucune contradiction: il y a aussi dans certains passages, chez les Prophètes, des collections de noms de lieux et de personnes, dont on ne peut tirer aucun sens; tels sont les passages rapportés ci-dessus, numéro 15. Puis donc que la Parole est telle dans le sens de la lettre, on peut voir qu'elle ne peut pas être comprise sans la Doctrine. Mus des exemples vont mettre ceci en lumière: il est dit que « Jéhovah se repent,» - Exode 32:12, 14; Jonas 3:9; 4:2, - et il est dit aussi que « Jéhovah ne se repent point - Nombres 23:19; 1 Samuel 15:29.

Sans la Doctrine ces passages ne peuvent se concilier. Il est dit que:

« Jéhovah, punit l'iniquité des pères sur les fils jusqu'à la troisième génération et à la quatrième génération. » - Nombres 14:18; - et il est dit que « le père ne mourra pas pour le fils, ni le fils pour le père, mais chacun mourra dans son péché. - Deutéronome 24:16.

Ces passages sont non pas en discordance mais en concordance au moyen de la Doctrine. Jésus dit:

« Demandez, et il vous sera donné; cherchez, et vous trouverez; heurtez, et il vous sera ouvert. Quiconque demande, reçoit et qui cherche, trouve; et à celui qui heurte, il sera ouvert. » - Matthieu 7:7-8, 21:21-22.

Sans la Doctrine, on croirait que chacun doit recevoir ce qu'il demande; mais d'après la Doc-trine on croit que tout ce que l'homme demande, non d'après lui-même, mais d'après le Seigneur, est donné; car c'est même ce qu'enseigne le Seigneur:

« Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez et il vous sera, accordé. » - Jean 15:7.

Le Seigneur dit:

« Heureux les pauvres, parce que le royaume de Dieu est à eux. » - Luc 6:20.

Sans la doctrine on peut penser que le Ciel est aux pauvres et non aux riches; mais la doctrine enseigne qu'il est entendu les pauvres en esprit, car le Seigneur dit:

« Heureux les pauvres en esprit parce que le royaume des cieux est à eux. » - Matthieu 5:3.

Le Seigneur dit:

Ne jugez point afin que vous ne soyez point jugés; car on vous jugera, du même jugement que vous aurez jugé. - Matthieu 7:1-2; Luc 6:37.

Sans la Doctrine, on peut être conduit par ces paroles à confirmer qu'il ne faut pas dire que le mal est mal, ni par conséquent juger que le méchant est méchant; toutefois d'après la Doctrine il est permis de juger, mais justement; car le Seigneur dit:

« Jugez selon la justice. » - Jean 7:24.

Jésus dit:

« Ne vous faites pas appeler docteur, car vous n'avez qu'un seul Docteur, le Christ; et n'appelez personne sur la terre votre père, car vous n'avez qu'un seul Père. Celui (qui est) dans les Cieux; et ne vous faites pas appeler maître car vous n'avez qu'un seul Maître, le Christ. - Matthieu 23:8-10.

Sans la Doctrine, il en résulterait qu'il n'est pas permis d'appeler quelqu'un Docteur, Père ou Maître; mais, d'après la Doctrine, on sait que cela est permis dans le sens naturel, mais non dans le sens spirituel. Jésus dit aux disciples:

« Quand le Fils de l'homme sera, assis sur le trône de sa gloire, vous serez assis aussi, sur douze trônes, jugeant les douze tribus d'Israël. » - Matthieu 19:28.

D'après ces paroles, on peut conclure que les disciples du Seigneur doivent aussi juger, tandis que cependant ils ne peuvent juger personne; la Doctrine révèlera donc cet arcane en disant que le Seigneur qui sait tout et qui connaît les cœurs de tous, doit seul juger et peut seul juger, et que par ses douze disciples est entendue l'Église quant à tous les vrais et à tous les biens qui lui viennent du Seigneur par la Parole, d'où la Doctrine conclut que ces biens et ces vrais doivent juger chacun, selon les paroles du Seigneur, dans Jean 3:17-18, 12:47-48.
Celui qui lit la Parole sans la Doctrine ne sait comment concilier ce qui est dit, dans les Prophètes sur la nation juive et sur Jérusalem, que l'Église doit rester éternellement chez cette nation, et avoir son siège dans cette ville, comme dans les passages suivants:

« Jéhovah visitera son troupeau, la maison de Juda, et il les constituera comme son cheval de gloire dans la guerre; de lui viendra l'angle, de lui le clou, et de lui l'arc de guerre. » - Zacharie 10:3-4, 6-7.

« Voici, je viens pour habiter au milieu de toi: et Jéhovah se fera un héritage de Juda, et il choisira de nouveau Jérusalem. » - Zacharie 2:10, 12.
« Il arrivera en ce jour-là que les montagnes distilleront du moût, et que les collines couleront en lait; et Juda sera éternellement assis et Jérusalem d'âge en âge. » - Joël 3:18, 20.

« Voici les jours viennent où j'ensemencerai la maison d'Israël et la maison de Juda de sentence d'homme, et où je traiterai une alliance nouvelle avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda; et voici cette alliance: Je mettrai ma loi au milieu d'eux et je l'écrirai sur leur coeur; et je serai leur Dieu, et Ils seront mon peuple. » - Jérémie 31:27, 31, 33.

« En ce jour-là, dix hommes de toutes langues des nations saisiront le pan de la robe d'un homme juif, en disant: Nous irons avec vous, parce que nous avons entendu que Dieu (est) avec vous. » Zacharie 8:23; - pareillement ailleurs, comme dans Esaïe 44:24, 26, 49:22-23, 65:9, 66:20, 22; Jérémie 3:18, 23:5, 50:19-20; Nahum 1:15; Malachie 3:4; où il s'agit de l'Avènement du Seigneur, et où il est dit que cela doit arriver alors.

Mais le contraire est dit dans plusieurs autres passages, dont un seul sera rapporté ici:

« Je leur cacherai mes faces, je verrai quelle (sera) leur fin; car Ils sont une race perverse des enfants en qui on ne peut se fier. J'ai dit: Je les disperserai à l'extrémité des coins de la terre et j'abolirai leur mémoirs d'entre les hommes; car c'est une nation qui se perd par ses conseils et il n'y a en eux aucune intelligence. Leur vigne est du plan de Sodome et du terroir de Gomorrhe; leurs grappes sont des grappes de fiel; Ils ont des raisins amers; leur vin est un venin de dragons et un fiel d'aspic cruel. Cela n'est-il pas serré chez Moi, scellé dans mes trésors? A Moi la vengeance et la rétribution,» - Deutéronome 32:20-35.

Ces choses ont été dites de cette nation; on en trouve de semblables ailleurs; par exemple, dans Esaïe 3:1-2, 8, 5:3-6; Deutéronome 9:5-6; Matthieu 12:39, 23:27-28; Jean 8:44, et de tous côtés dans Jérémie et dans Ezéchiel; mais ces passages, qui paraissent contradictoires, se montreront en parfait accord, grâce à la Doctrine qui enseigne que, dans la Parole, par Israël et par Juda, il est entendu, non pas Israël ni Juda, l'Église dans l'un et dans l'autre sens; dans un sens entend l'Église qui a été dévastée, et dans l'autre l'Église qui doit être établie par le Seigneur. Il en est de même de beaucoup d'autres passages dans la Parole. D'après ces considérations il est bien évident que la Parole sans la Doctrine n'est point comprise.

  
/ 118  
  

Traduire: