La porte de l'année      

Par Rev. Emily Jane Lemole (machine translated into français)

La porte de l'année
Un sermon de la Révérende Emily Jane Lemole

Lectures :
Esaïe 26:1-4, 42:5-8
Matthieu 7:7-14
Apocalypse 22:14
Secrets du ciel 2851

---
Et j'ai dit à l'homme qui se tenait à la porte de l'année : "Donne-moi une lumière pour que je puisse marcher en toute sécurité vers l'inconnu."

Et il répondit : "Sors dans les ténèbres et mets ta main dans la main de Dieu. Ce sera pour vous mieux que la lumière et plus sûr qu'un chemin connu".

Je suis donc parti, et j'ai trouvé la Main de Dieu, foulée avec joie dans la nuit. Et Il m'a conduit vers les collines et le lever du jour dans l'Est solitaire.

par Minnie Louise Haskins
---

Nous nous trouvons à la porte de l'année, un seuil vers l'inconnu à bien des égards. "Donne-moi une lumière pour que je puisse marcher en toute sécurité vers l'inconnu."

Nous lisons de nombreux passages de la Parole et des Écrits sur les portes. Les portes permettent de faire le lien entre ce qui est à l'intérieur et ce qui est à l'extérieur. Ils suggèrent un choix - l'ouvrir ou le fermer - entrer ou rester dehors.

Une porte fermée nous fait hésiter et nous arrête. Dans cet adage soufi, les portes permettent de réfléchir à ce que nous disons :

Avant de parler, laissez vos mots passer par trois portes.
À la première porte, demandez-vous : "Est-ce vrai ?
À la deuxième question, "est-ce nécessaire ?
A la troisième porte, demandez "est-ce que c'est gentil ?

Quelle est la meilleure façon de commencer cette nouvelle année ? Il y a les résolutions habituelles - perdre du poids, être en meilleure santé, être plus organisé et passer plus de temps avec ses proches. Mais il y a des résolutions ou des intentions plus profondes qui réclament un nouveau départ, un nouveau départ. Numéro 1 - mettre Dieu au centre de nos vies - voir le Seigneur Jésus-Christ comme le début, le milieu et la fin de notre journée. Une bonne habitude est de prier - une élévation de notre perspective - de nos priorités - plusieurs fois par jour. Même l'action physique de lever les yeux et de faire une pause peut transformer une humeur agaçante et rancunière en un moment de correction - un renversement de la plupart de nos préoccupations.

Sub specie aeternitatis est un excellent rappel. Sous les auspices de l'éternité - qu'est-ce qui compte ? Ce n'est pas la plupart des choses qui nous inquiètent et nous dérangent. A long terme, avec Dieu au centre, ce qui importe vraiment devient évident et ce qui ne diminue pas.

Alors, comment mettre notre main dans la main de Dieu ? Comment ouvrir les portes de nos esprits et de nos cœurs à tout ce qui est bon et vrai, sage, gentil et pacifique ? Comment fermer la porte à l'égoïsme, à la méchanceté, au ressentiment, à l'ingratitude et à la violence ?

Par ce que nous faisons chaque jour.

"La façon dont nous faisons tout, c'est la façon dont nous faisons tout", dit le père Richard Rohr, le prêtre franciscain.

À quoi prêtons-nous attention et à quoi consacrons-nous notre temps ? Qu'aimons-nous ?

Une nouvelle année semble être un bon moment pour faire l'inventaire, une réflexion sur l'année dernière, non pas tant sur ce que nous avons accompli que sur ce que nous devenons. Qu'est-ce qui nous importe le plus ? Quelles sont nos priorités ? Ou, comme le demanderait Swedenborg, "Qu'aimons-nous ? Car nous sommes ce que nous aimons !

Nous apprenons qu'il y a deux portes qui sont en chacun de nous. La Porte du Ciel, entourée d'anges, mène à ce qui est bon et à ce qui est vrai.

Et la porte de l'enfer, entourée d'esprits malins, mène à ce qui est mauvais et faux.

Ces portes sont en nous. Nous avons le droit de choisir, et qu'est-ce qui détermine notre choix ? Ce que nous aimons !

Chaque année, chaque semaine, chaque jour, chaque moment, nous avons la liberté de choisir qui nous sommes, ce qui nous apporte du plaisir, comment nous passons notre temps précieux - ce que nous aimons et comment nous aimons.

Et n'oublions pas que si nous n'aimons pas honnêtement ce que nous voyons dans notre inventaire, nous pouvons nous repentir ! Tournez-vous ! Changez de direction ! Changez d'avis ! Changez nos amours !

Swedenborg décrit ce que nous ne pouvons pas voir - nos compagnons spirituels - la compagnie que nous entretenons et que nous ignorons pour la plupart. Comme les invités, ils viennent sur invitation.

Nous sommes entourés d'hôtes spirituels, invités par nos états d'esprit et de cœur : Par les Portes du Ciel viennent les anges et les bons esprits ; par les Portes de l'Enfer viennent les mauvais ou les mauvais esprits. Mon professeur de latin au lycée les appelait les "Basement Boys".

Il n'est plus à la mode aujourd'hui de parler de mal, de culpabilité, de repentir ou d'enfer. Ces termes sont devenus obsolètes, inconfortables et nous ne voulons vraiment pas qu'on nous les rappelle. Mais d'après tout ce qu'enseigne Swedenborg, ce sont des réalités spirituelles.

Le mal est bien vivant dans notre monde (si on lit les journaux et on regarde la télévision) et en chacun de nous, reconnu avec une certaine introspection ! Lorsque nous prenons honnêtement conscience de nos propres intentions et émotions, nous le savons !

Le mal, avec son jumeau, la fausseté, est tout ce qui est contre Dieu, qui est égoïste, malhonnête, cupide, méchant et cruel. Mais le mal peut aussi apparaître avec un visage trompeur - nous pouvons justifier nos ressentiments, notre ingratitude, notre attitude impitoyable. Le péché signifie manquer la cible, la cible étant Dieu. Tout ce qui nous éloigne de Dieu nous fait rater cette marque !

La culpabilité - une émotion très nécessaire qui nous donne envie de nous repentir - non pas pour nous vautrer, mais pour nous amener à nous repentir - pour nous persuader de changer de cap !

Et les mauvais esprits - ce sont les véritables compagnons spirituels dont on nous dit qu'ils se battent pour attirer notre attention et, en fin de compte, pour notre vie spirituelle. Nous sommes dans la balance. Nous sommes entre deux portes.

Un ancien proverbe bouddhiste enseigne : Chacun reçoit la clé des Portes du Ciel, la même clé ouvre les Portes de l'Enfer". La clé, c'est ce que nous aimons.

Chaque décision que nous prenons nourrit soit notre proprium (notre volonté non régénérée), soit nos "restes" - ce trésor inviolé, un entrepôt de toutes les bonnes et vraies choses que nous avons vécues depuis avant la naissance. Les restes sont notre droit de naissance, et nous y puisons et y ajoutons pour toujours des pensées vraies et des bonnes actions.

Puisque l'objectif premier de la plupart des résolutions du Nouvel An est de perdre du poids (et je ne suis pas contre, si nécessaire), essayons d'utiliser ce concept pour une perte de poids spirituelle - perdre le poids des émotions négatives, des mauvaises habitudes de critique, de plainte, de commérage, d'irritation, d'agacement, d'être facilement offensé, de colère - la liste que nous connaissons est longue. Le régime pour cette perte de poids est constitué de bonnes pensées, d'un comportement honnête, d'intentions sincères. Eteindre les mauvaises nouvelles, allumer les bonnes. Soutenir un optimisme plein d'espoir qui encourage les autres ; des actes de gentillesse qui ne cherchent pas de retour.

Réfléchissez à ces choses, écrit Paul dans sa lettre aux Philippiens.

"Tout ce qui est vrai, tout ce qui est noble, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est beau, tout ce qui est de bon aloi, s'il y a quelque vertu et s'il y a quelque chose de louable, méditez sur ces choses". Philippiens 4:8.

Et l'exercice requis pour cette transformation de la santé de l'âme est la pratique spirituelle - l'exercice qui fait passer l'abstrait dans le réel, l'accomplissement de ce que nous disons croire. Peut-être que cette année, nous pouvons nous livrer à un exercice spirituel :

- Méditation
- Prière
- Lectio Devina - lecture lente et ciblée de l'Écriture et d'autres livres saints.

Une de mes amies très chères a l'habitude de réfléchir au type d'esprits qui l'influencent, puis de demander au Seigneur de renvoyer les influences néfastes, lorsqu'elles sont là. Elle a également développé une pratique consistant à remercier le Seigneur pour toutes les bonnes choses lorsqu'elles se produisent.

Nous pouvons ouvrir les portes du ciel. Les anges peuvent se précipiter à tout moment pour que les portes s'ouvrent en aimant ce qui est bon, ce qui est vrai, le Seigneur et les uns les autres. Ces choix ouvrent ces portes.

Nous avons tous besoin de rappels pour nous aider à faire les bons choix. Nous oublions si vite et sommes distraits par le bruit de notre époque. Nous sommes branchés sur la télévision, la radio, nos ordinateurs, nos téléphones et nos i-pads - une culture séculaire qui est immergée dans ce qui est naturel, et non spirituel. Mais il n'est pas naturel pour nous de nous détourner et de nous tourner vers Dieu et les portes du Ciel. Ce n'est pas naturel. Il est spirituel. Voici quelques rappels que j'ai trouvés utiles.

Fixer une heure pour un rendez-vous avec le Seigneur : chaque matin et avant le coucher sont deux heures couramment utilisées pour réserver au Seigneur. Lorsque vous vous sentez en colère, élevez vos pensées et votre vision vers le haut, et demandez l'aide des anges à la porte. Essayez une phrase apprise d'un ami de notre fille : Bénissez et libérez ! Travailler à voir Dieu en chacun et en toutes choses.

Laissez passer les états les plus laids - bénissez vos ennemis, en vous rappelant que ceux qui ne sont pas d'accord ou qui ne nous aiment pas sont probablement nos meilleurs professeurs spirituels. Nous pouvons voir notre réponse à ces questions, généralement une réponse qui reflète le comportement qui nous irrite. Aimez nos ennemis, nous dit-on, ainsi que notre voisin.

Nous devons surveiller nos pensées.

Des anciens Védas :

"Surveillez vos pensées, elles deviennent des mots.
Attention à vos paroles, elles se transforment en actes.
Surveillez vos actions, elles deviennent des habitudes.
Surveillez vos habitudes, elles deviennent du caractère.
Surveillez votre personnage, il devient votre destin".

Le plus important est de détecter ce que nous aimons, car cela déterminera la porte que nous fréquenterons et, plus tard, par laquelle nous entrerons.

Comme il est de bon augure que nous fassions la Sainte Communion en ce début de nouvelle année. Quelle meilleure façon de commencer, en cherchant d'abord le royaume des cieux - en mettant au premier plan ce qui compte le plus ?

C'est une belle prière de Sœur Joyce Rupp :

MYSTÈRE SACRÉ,
Attendre le seuil
de cette nouvelle année,
vous ouvrez les portes
Et m'a fait signe :

(Vous dites) "Venez ! Venez !
Ne vous méfiez pas de ce qui vous attend
en entrant en terrain inconnu,
ne doutez pas de vos capacités
pour grandir de ses joies et de ses peines.

Car je suis avec vous,
Je serai votre guide.
Je serai votre protecteur
Vous ne serez jamais seul".

Gardien de cette nouvelle année,
Je mets de côté mes craintes, mes inquiétudes, mes préoccupations,
J'ouvre ma vie au mystère, à la beauté,
à l'hospitalité aux questions,
à l'opportunité infinie
de te découvrir dans mes relations,
et à tous les feux follets silencieux de l'émerveillement
qui m'attirera vers votre cœur.

Je me réjouis de votre présence indéfectible
Et marchez avec espoir dans cette nouvelle année.

---

"Sors dans les ténèbres, et mets ta main dans la main de Dieu."

Il est vraiment important, alors que nous nous trouvons à la porte du Nouvel An, de savoir quelle main nous allons prendre, quelle inspiration nous allons suivre et quelle influence peut déterminer qui nous allons devenir.

De Psaume 118:19-20:
"Ouvrez-moi les portes de la justice ;
Je vais les passer en revue,
Et je louerai le Seigneur.
C'est la porte du Seigneur,
par lequel les justes entreront".

Amen !


Traduire: