Le texte de la Bible

 

Genesis 3:1-19 : Le serpent tente la veille

Study

        

1 Now the serpent was more subtil than any beast of the field which the LORD God had made. And he said unto the woman, Yea, hath God said, Ye shall not eat of every tree of the garden?

2 And the woman said unto the serpent, We may eat of the fruit of the trees of the garden:

3 But of the fruit of the tree which is in the midst of the garden, God hath said, Ye shall not eat of it, neither shall ye touch it, lest ye die.

4 And the serpent said unto the woman, Ye shall not surely die:

5 For God doth know that in the day ye eat thereof, then your eyes shall be opened, and ye shall be as gods, knowing good and evil.

6 And when the woman saw that the tree was good for food, and that it was pleasant to the eyes, and a tree to be desired to make one wise, she took of the fruit thereof, and did eat, and gave also unto her husband with her; and he did eat.

7 And the eyes of them both were opened, and they knew that they were naked; and they sewed fig leaves together, and made themselves aprons.

8 And they heard the voice of the LORD God walking in the garden in the cool of the day: and Adam and his wife hid themselves from the presence of the LORD God amongst the trees of the garden.

9 And the LORD God called unto Adam, and said unto him, Where art thou?

10 And he said, I heard thy voice in the garden, and I was afraid, because I was naked; and I hid myself.

11 And he said, Who told thee that thou wast naked? Hast thou eaten of the tree, whereof I commanded thee that thou shouldest not eat?

12 And the man said, The woman whom thou gavest to be with me, she gave me of the tree, and I did eat.

13 And the LORD God said unto the woman, What is this that thou hast done? And the woman said, The serpent beguiled me, and I did eat.

14 And the LORD God said unto the serpent, Because thou hast done this, thou art cursed above all cattle, and above every beast of the field; upon thy belly shalt thou go, and dust shalt thou eat all the days of thy life:

15 And I will put enmity between thee and the woman, and between thy seed and her seed; it shall bruise thy head, and thou shalt bruise his heel.

16 Unto the woman he said, I will greatly multiply thy sorrow and thy conception; in sorrow thou shalt bring forth children; and thy desire shall be to thy husband, and he shall rule over thee.

17 And unto Adam he said, Because thou hast hearkened unto the voice of thy wife, and hast eaten of the tree, of which I commanded thee, saying, Thou shalt not eat of it: cursed is the ground for thy sake; in sorrow shalt thou eat of it all the days of thy life;

18 Thorns also and thistles shall it bring forth to thee; and thou shalt eat the herb of the field;

19 In the sweat of thy face shalt thou eat bread, till thou return unto the ground; for out of it wast thou taken: for dust thou art, and unto dust shalt thou return.

    Étude de la signification intérieure

Commentaire

 

Adam, Eve et le Serpent

     

Par New Christian Bible Study Staff (machine translated into Français)

This hand beaten brass bowl, dating from 1500-1550, shows Adam, Even and the Serpent in the Garden of Eden. It is made with repousse and chased brass, in 
Germany - possibly Nuremburg. Both the central design and the decoration upon the rim of this dish were made using a series of stamps impressed into the metal. Nuremberg trade regulations stated that all punches and stamps had to be applied by hand. The scene depicts the Fall of Man, when Adam and Eve were tempted by the serpent to pick an apple from the Tree of Knowledge. Scenes like this one were popular on brass dishes of the 16th century as they added a decorative element to objects for household use. This dish was probably used to wash hands, yet contemporary paintings show that dishes were also displayed upon dressers when not in use.
Collection ID: 454-1907
This photo was taken as part of Britain Loves Wikipedia in February 2010 by Valerie McGlinchey.

Il est ironique que l'histoire biblique d'Adam et Eve dans le jardin d'Eden soit si souvent au centre du débat entre la science et la foi ; selon les Écrits d'Emanuel Swedenborg, l'histoire elle-même porte en fait sur ce même débat.

Les Ecrits disent que l'"homme" placé dans le jardin d'Eden représente un groupe de personnes préhistoriques qui vivaient dans un état d'amour envers le Seigneur et de communion avec le ciel. Ils étaient purs et innocents, et la sagesse leur venait au fur et à mesure que le fruit tombait des arbres d'Eden. Les Ecritures appellent cela l'Eglise la plus ancienne, et c'était aussi proche que nous l'avons jamais été du paradis sur terre.

Les gens de cette époque étaient conscients, en permanence, que la vie coulait en eux depuis le Seigneur, et qu'elle ne leur appartenait pas. Ils étaient conscients que leurs pensées venaient du Seigneur, ainsi que leurs affections ; non seulement ils savaient, mais ils sentaient aussi qu'ils n'existaient pas par eux-mêmes. Pendant de nombreuses générations, ils ont vécu cette situation de façon béate, mais ils ont fini par ressentir une tendance à avoir plus de conscience de soi. Ils ne voulaient pas être de "simples" bénéficiaires de la vie ; ils voulaient être vivants à partir d'eux-mêmes. Cela est représenté par l'idée qu'il n'était "pas bon que l'homme soit seul". Et toutes les pensées et affections de leur état exalté - représenté par le fait de nommer les animaux - n'ont pas satisfait ce besoin.

Le Seigneur a donc pris la partie la plus basse et la moins apte à recevoir la vie de ces personnes - représentée par la côte - et l'a transformée en un nouvel aspect de l'humanité, représenté par la femme. Ce changement a laissé les gens coupés de la communion directe avec le ciel (ils ont dû "quitter leur père et leur mère"), mais leur a permis de ressentir la vie comme la leur (de "s'attacher à leur femme").

Au départ, tout allait bien. La femme était faite d'un os, ce qui indique le mal, mais elle était de chair et de sang, ce qui signifie que le mal était recouvert par un amour du bien de la part du Seigneur. Ils étaient encore innocents, étaient encore dans un état d'amour envers le Seigneur, et pouvaient encore recevoir la sagesse de Lui, tout cela contenu dans l'idée qu'ils étaient nus, et n'avaient pas honte.

Puis le serpent est entré en scène - représentant nos sens physiques et le pouvoir de raisonner à partir de l'évidence des sens. C'est l'aspect le plus bas et le plus extérieur de notre esprit, mais un aspect puissant et convaincant (et celui où nous faisons de la science dans le monde moderne). Et le serpent questionna Dieu en semant la graine : Et si Dieu leur avait menti ? Et si l'effet du fruit défendu était d'atteindre toute la connaissance, de savoir ce que Dieu savait, de définir le bien et le mal pour eux-mêmes, d'être des dieux eux-mêmes ?

L'arbre de la connaissance - qui a été interdit à Adam et Eve - représente l'utilisation de la logique humaine et de l'évidence des sens pour explorer l'existence de Dieu et sa nature. Le Seigneur savait que le peuple ne pouvait pas faire cela et maintenir l'humilité et la révérence nécessaires à l'état d'amour dans lequel il avait vécu. Mais la question les a séduits, jouant sur leur sentiment de vivre par eux-mêmes. Et finalement, ils ont succombé, agissant à partir du sentiment de soi et y entraînant également leurs facultés rationnelles - représentées par le mari.

Quand ils l'ont fait - quand ils ont lancé une enquête rationnelle, fondée sur des preuves, sur le Seigneur, Il a répondu en "ouvrant leurs yeux" et en leur faisant voir qu'en eux-mêmes et par eux-mêmes ils étaient mauvais, et que ce n'est que par Lui qu'ils pouvaient avoir la vie et aimer ce qui est bon. Voyant leur mal, ils ont attrapé ce qu'ils pouvaient - des feuilles de figuier représentant des idées extérieures sur la façon d'être bon - et se sont couverts du mieux qu'ils pouvaient.

Qu'est-ce que cela signifie pour le "péché originel" ? Eh bien, en un sens, nous sommes toujours handicapés spirituellement à cause de la façon dont nos ancêtres se sont détournés du Seigneur. Mais nous ne sommes pas individuellement et éternellement coupables d'un délit qu'aucun d'entre nous n'a commis.

Qu'est-ce que cela signifie sur l'exactitude littérale de l'histoire ? Les Ecritures enseignent clairement qu'il ne s'agit pas d'une histoire réelle, littérale, que ces deux personnes n'ont jamais existé. En fait, les Ecrits disent que les 11 premiers chapitres de la Genèse sont les vestiges d'un ensemble d'écritures saintes qui proviennent des descendants de la très ancienne Eglise et qui sont antérieures aux temps bibliques. Ces ouvrages s'inspirent pleinement des correspondances entre les choses naturelles et les choses spirituelles, en utilisant le langage profondément symbolique de cette époque. Ce qu'ils offrent réellement, c'est l'histoire spirituelle de l'humanité primitive, et non l'histoire naturelle - et l'histoire spirituelle n'est-elle pas plus importante de toute façon ?

Qu'est-ce que cela signifie pour les hommes et les femmes ? Eh bien, "Adam" n'était pas un homme, et "Eve" n'était pas une femme ; tous deux représentaient des aspects de l'humanité, et ils sont essentiellement libres de genre. Le fait que l'histoire ait été utilisée pour supprimer et rabaisser les femmes est donc une erreur d'interprétation pernicieuse.

Enfin, qu'est-ce que cela signifie pour la science et la foi ? Cela signifie que ce sont deux choses distinctes, car la réalité physique et la réalité spirituelle sont deux choses distinctes. Les gens étaient libres d'élargir leur esprit en mangeant de tous les autres fruits, mais ils devaient laisser l'idée de Dieu tranquille. Et cet avertissement est toujours valable : Si nous essayons d'utiliser la science pour prouver ou réfuter l'existence du Seigneur, nous serons expulsés du jardin.


Traduire: