Le texte de la Bible

 

1 Kings 22:1-18 : Ahab n'aime pas le modèle

Study

        

1 And they continued three years without war between Syria and Israel.

2 And it came to pass in the third year, that Jehoshaphat the king of Judah came down to the king of Israel.

3 And the king of Israel said unto his servants, Know ye that Ramoth in Gilead is ours, and we be still, and take it not out of the hand of the king of Syria?

4 And he said unto Jehoshaphat, Wilt thou go with me to battle to Ramoth-gilead? And Jehoshaphat said to the king of Israel, I am as thou art, my people as thy people, my horses as thy horses.

5 And Jehoshaphat said unto the king of Israel, Inquire, I pray thee, at the word of the LORD to day.

6 Then the king of Israel gathered the prophets together, about four hundred men, and said unto them, Shall I go against Ramoth-gilead to battle, or shall I forbear? And they said, Go up; for the Lord shall deliver it into the hand of the king.

7 And Jehoshaphat said, Is there not here a prophet of the LORD besides, that we might inquire of him?

8 And the king of Israel said unto Jehoshaphat, There is yet one man, Micaiah the son of Imlah, by whom we may inquire of the LORD: but I hate him; for he doth not prophesy good concerning me, but evil. And Jehoshaphat said, Let not the king say so.

9 Then the king of Israel called an officer, and said, Hasten hither Micaiah the son of Imlah.

10 And the king of Israel and Jehoshaphat the king of Judah sat each on his throne, having put on their robes, in a void place in the entrance of the gate of Samaria; and all the prophets prophesied before them.

11 And Zedekiah the son of Chenaanah made him horns of iron: and he said, Thus saith the LORD, With these shalt thou push the Syrians, until thou have consumed them.

12 And all the prophets prophesied so, saying, Go up to Ramoth-gilead, and prosper: for the LORD shall deliver it into the king's hand.

13 And the messenger that was gone to call Micaiah spake unto him, saying, Behold now, the words of the prophets declare good unto the king with one mouth: let thy word, I pray thee, be like the word of one of them, and speak that which is good.

14 And Micaiah said, As the LORD liveth, what the LORD saith unto me, that will I speak.

15 So he came to the king. And the king said unto him, Micaiah, shall we go against Ramoth-gilead to battle, or shall we forbear? And he answered him, Go, and prosper: for the LORD shall deliver it into the hand of the king.

16 And the king said unto him, How many times shall I adjure thee that thou tell me nothing but that which is true in the name of the LORD?

17 And he said, I saw all Israel scattered upon the hills, as sheep that have not a shepherd: and the LORD said, These have no master: let them return every man to his house in peace.

18 And the king of Israel said unto Jehoshaphat, Did I not tell thee that he would prophesy no good concerning me, but evil?

    Étude de la signification intérieure

Commentaire

 

Ahab n'aime pas le modèle

     

Par Rev. Eric Carswell (machine translated into Français)

Et Josaphat dit : "N'y a-t-il pas encore ici un prophète de l'Éternel, par lequel nous puissions le consulter ?" Le roi d'Israël répondit à Josaphat : "Il reste encore un homme, Michée, fils d'Imla, par lequel nous pourrions consulter l'Éternel ; mais je le déteste, car il ne prophétise pas le bien à mon égard, mais le mal." (I Rois 22:7-8)

Le roi Achab est presque un personnage comique lorsqu'il se plaint des mauvaises nouvelles qu'il entend toujours de la part d'un prophète de l'Éternel. La qualité la plus étonnante de sa réponse est qu'il semble complètement inconscient du fait qu'il est personnellement responsable de la mauvaise prophétie qui lui parvient toujours. Achab avait noté qu'il y avait un schéma clair dans ce qu'il entendait, mais il n'était pas dans sa volonté de voir qu'il pouvait faire quelque chose à ce sujet.

Sans modèle dans la vie, nous ne pouvons rien apprendre. S'il n'y avait pas d'ordre dans le monde que notre esprit puisse reconnaître, nous serions continuellement submergés par un fouillis de vues, de sons, d'odeurs, de sens du toucher et nous serions terriblement limités dans nos choix. Par exemple, que se passerait-il si les bancs sur lesquels vous êtes assis n'avaient pas plus de force que du carton fin et vous soutenaient parfois comme ils le font maintenant ? Vous ne sauriez jamais si vous pouvez vous asseoir dessus en toute sécurité. Et si parfois votre pomme préférée avait son goût juteux normal et que d'autres fois, sans aucun changement d'apparence, elle avait un goût terriblement désagréable ? N'hésiteriez-vous pas à en croquer une ?

Dans nos relations avec les autres, les schémas ne sont pas toujours aussi clairs. Nous sommes parfois très surpris par les réponses que les autres nous donnent lorsque nous disons ou faisons quelque chose. Nous pouvons penser que nous faisons un commentaire parfaitement inoffensif et voir quelqu'un exploser de colère, apparemment à cause de ce que nous avons dit. Nous pouvons essayer d'être utiles et, au contraire, ne faire qu'aggraver un problème.

Nous allons bientôt marquer la fin d'une année civile et le début d'une nouvelle. Il est courant pour de nombreuses personnes de profiter de cette transition annuelle pour réfléchir à ce qui s'est passé au cours de l'année écoulée. Vous pouvez voir des articles de magazines qui passent en revue l'année en images et qui considèrent qui a apporté une contribution particulièrement notable aux événements de l'année. Une personne peut également faire le point sur sa propre vie au cours de l'année écoulée et réfléchir aux modèles reflétés par les événements qui se sont produits.

Le Seigneur nous encourage fortement à faire ce genre de réflexion. Même si cette période particulière de l'année ne semble pas être propice à une telle considération, il est absolument vital que nous prenions le temps de reconnaître les schémas clés de notre vie : des schémas dans ce qui nous préoccupe et ce que nous pensons, des schémas dans ce que nous disons et faisons et des schémas dans les résultats que ces paroles et actions produisent. Si nous ne voyons aucun schéma, nous n'apprendrons pas grand-chose et nous conserverons probablement des habitudes qui ne sont pas bonnes pour nous-mêmes ni pour les personnes qui nous entourent.

Le roi Achab représente la partie compréhensive de notre esprit qui dirige les décisions que nous prenons et notre perspective sur ce qui est le plus important. Le Seigneur nous a donné la capacité de réfléchir librement à nos modèles de vie spirituels et naturels. Comme indiqué dans Divine Providence 278, nous avons la capacité d'examiner ces choses parce que nous avons la possibilité d'avoir une pensée supérieure et inférieure, ou une pensée intérieure et extérieure. À partir de la pensée supérieure ou intérieure, nous pouvons observer ce qui se passe sur le plan inférieur ou extérieur de notre esprit. Nous avons la possibilité de noter que nous sommes de bonne ou de mauvaise humeur ou que nous pensons plus ou moins clairement que d'habitude.

Mais par nous-mêmes, toutes ces capacités ne signifieraient pas grand-chose, car il existe des modèles cruciaux dans la vie que l'observation naturelle ne donne pas à une personne. Le prophète Michée, qu'Achab considérait comme un fauteur de troubles, représente la vérité du Seigneur qui doit avoir sa source initiale dans la révélation divine. Sans la révélation divine, il y a beaucoup de choses que nous ne pourrions pas savoir, comme l'indique clairement le passage suivant des Écrits :

. ... sans la Parole, personne ne posséderait l'intelligence spirituelle, qui consiste à avoir la connaissance d'un Dieu, du ciel et de l'enfer, et d'une vie après la mort ; il ne saurait rien non plus du Seigneur, de la foi en Lui et de l'amour pour Lui, ni rien de la rédemption, par laquelle vient néanmoins le salut. Comme le Seigneur le dit aussi à ses disciples : "Sans moi, vous ne pouvez rien faire" (Jean 15,5) ; et à Jean : "Une personne ne peut rien recevoir si cela ne lui est pas donné du ciel" (Jean 3,27). (Doctrine de la Sainte Écriture 114)

Il est important pour nous d'apprendre à connaître le Seigneur et ce qui est vrai et bon à partir de la Parole. Mais votre connaissance et la mienne sont relativement inutiles si nous ne reconnaissons pas comment sa description de ce qui est réel et sa description des conséquences de certains modèles de préoccupation, de pensée, de parole et d'action se rapportent à notre propre vie. Par nous-mêmes, nous ne voulons pas voir ces modèles dans nos propres vies.

Voici un autre passage :

. . . d'eux-mêmes, les gens ne veulent rien comprendre d'autre que ce qui vient de ce qui leur est propre dans leur volonté, et aussi qu'il ne leur est pas possible de le faire à moins qu'il n'y ait une autre source d'où ils puissent le savoir. De ce qui leur appartient en propre dans leur volonté, les hommes ne veulent rien comprendre d'autre que ce qui se rapporte à eux-mêmes et au monde ; tout ce qui est au-dessus d'eux est pour eux d'épaisses ténèbres. (Doctrine de l'Écriture sainte 115)

Pourtant, il nous a été clairement enseigné qu'au-dessus de nous-mêmes et des choses du monde naturel se trouve un monde spirituel qui est en fait plus réel et plus durable que ce monde. Il nous a été clairement enseigné que nos esprits sont constamment en compagnie d'autres esprits de ce monde. Sans leur présence, nous n'aurions aucune pensée et nous ne nous soucierions de rien. En poursuivant nos schémas quotidiens de pensée et d'action, nous renforçons les liens avec les communautés de ces esprits. Nos choix quotidiens sont des investissements spirituels dans notre avenir éternel. Certaines personnes se connectent chaque jour plus clairement à des communautés d'esprits qui garantissent qu'elles se sentiront critiques envers les autres et facilement offensées par le moindre désagrément qui croise leur chemin. D'autres se connectent de plus en plus clairement à des communautés d'esprits qui les empêchent presque de dire la vérité à eux-mêmes et aux autres - tout événement gênant sera expliqué ou justifié. D'autres se connectent à des communautés qui trouvent leur plus grand plaisir à rendre service aux personnes qui les entourent. D'autres encore se rattachent à des communautés qui se soucient vraiment de comprendre ce qui est vrai parce qu'elles savent que c'est la seule façon de pouvoir vraiment suivre le Seigneur. Dans la prochaine vie, que ce soit au ciel ou en enfer, la seule communauté à laquelle nous nous rattachons le plus étroitement par nos choix quotidiens sera celle dans laquelle nous vivrons pour l'éternité après la mort.

Comment pouvons-nous savoir à quel type de communauté nous nous rattachons ? En réfléchissant aux modèles de notre propre vie à partir de la connaissance de la vérité.

Les personnes qui réfléchissent, ou qui sont capables de réfléchir, sur les affections du bien et de la vérité en elles-mêmes, ainsi que sur leurs plaisirs et leur agrément, remarqueront une forte inclination pour [certaines affections] de préférence à d'autres ; mais sans réflexion, ces choses et d'autres semblables n'apparaissent pas. (Arcana Caelestia 3980)

Achab ne voulait pas voir les schémas de sa vie qui condamnaient certaines de ses actions. Il préférait écouter les faux prophètes qui promettaient des choses merveilleuses, mais il ne pouvait pas échapper à la réalité de l'ordre que le Seigneur avait créé. Qu'il veuille l'écouter ou non, les conséquences de cet ordre influenceront sa vie.

Où chacun de nous se trouvera-t-il dans la vie après la mort ? Les Ecrits disent que si nous avons une connaissance de la façon dont les différents amours bons et mauvais correspondent aux différents environnements beaux et laids, alors nous pouvons savoir quel sera notre sort pour l'éternité. Ceci est décrit dans le passage suivant du livre des Ecritures appelé Ciel et Enfer.

Les personnes qui sont engagées dans [une connaissance des correspondances] peuvent reconnaître et connaître leur état après la mort à condition qu'elles connaissent leur amour et comment il se rapporte dans sa nature à l'amour dominant auquel tout amour remonte.

Cependant, les personnes qui sont impliquées dans l'amour de soi ne peuvent pas savoir quel est leur amour dominant car elles aiment tout ce qui leur appartient et appellent leurs maux bons. Ils appellent également vraies les choses fausses, les notions fausses qui les soutiennent et qu'ils utilisent pour rationaliser leurs maux. S'ils le voulaient, ils pourraient cependant connaître [leur amour dominant] grâce à d'autres personnes sages, mais ces dernières voient ce qu'elles ne voient pas elles-mêmes. Cela ne se produit pas, cependant, dans le cas de personnes qui sont tellement empêtrées dans leur amour-propre qu'elles n'ont que du mépris pour tout enseignement des sages, qui sont sages, et qui voient ce qu'elles-mêmes ne voient pas. Ceci est cependant impossible avec ceux qui sont tellement séduits par l'amour de soi qu'ils rejettent tout enseignement des sages.

Par contre, les personnes qui sont dans l'amour céleste acceptent l'enseignement et voient les maux dans lesquels elles sont nées lorsqu'elles y sont entraînées. Ils les voient à partir des vérités, car les vérités rendent les maux évidents. En fait, tout le monde peut voir ce qui est mauvais et la distorsion qu'il provoque en voyant à partir de la vérité qui découle de ce qui est bon ; mais personne ne peut voir ce qui est bon et vrai d'un point de vue mauvais. Cela est dû au fait que les notions fausses qui découlent du mal sont des ténèbres et lui correspondent. Ainsi, les gens qui sont pris dans des notions fausses, [des concepts et des préjugés] qui proviennent du mal sont comme des aveugles qui ne voient pas les choses qui sont dans la lumière, et ils les évitent comme les hiboux évitent la lumière du jour. (Le Ciel et l'Enfer 487)

Il ne suffit pas de reconnaître que nous avons tous des fautes et des défauts spirituels. Cette reconnaissance peut être tout à fait inutile et est décrite ainsi dans la vraie religion chrétienne.

Quelqu'un ne peut-il pas comprendre, d'après la raison qui lui est donnée, que la simple confession du bout des lèvres d'être un pécheur n'est pas une repentance, ou le récit de divers détails concernant... ? ? En effet, quoi de plus facile pour une personne en proie à la détresse et à l'agonie que de faire sortir de ses poumons et de ses lèvres des soupirs et des gémissements, de se frapper la poitrine et de se rendre coupable de tous les péchés, sans pour autant avoir conscience d'aucun péché en elle-même ? La horde diabolique qui occupe alors ses amours, s'en va-t-elle avec ses soupirs ? Ne sifflent-ils pas plutôt ces choses, et ne restent-ils pas en lui comme avant, comme dans leur propre maison ? D'après cela, il est clair que ce n'est pas d'un tel repentir qu'il s'agit dans la Parole, mais du repentir des mauvaises œuvres, comme il est dit. (La vraie religion chrétienne 529)

Savez-vous quelle est la qualité de votre vie que vous aimeriez le plus voir s'améliorer au cours de l'année prochaine ? Le Seigneur ne nous recommande pas de nous attaquer à trop de problèmes à la fois. Il décrit très clairement les étapes que nous devons suivre si nous voulons nous améliorer spirituellement.

La question est donc la suivante : comment une personne doit-elle se repentir ? Et la réponse est : En fait, c'est-à-dire qu'il doit s'examiner, reconnaître et admettre ses péchés, prier le Seigneur et commencer une nouvelle vie. Nous avons montré dans la section précédente que sans examen, le repentir n'est pas possible. Mais à quoi sert l'examen si ce n'est à reconnaître ses péchés ? Et pourquoi devrait-il reconnaître ses péchés, si ce n'est pour reconnaître qu'ils sont en lui ? Et à quoi servent ces trois choses, si ce n'est qu'une personne peut confesser ses péchés devant le Seigneur, prier pour être aidée, et ensuite commencer une nouvelle vie, ce qui est le but recherché ? C'est cela la repentance réelle. (Vraie Religion Chrétienne 530)

Le Seigneur veut que nous soyons vraiment heureux. Il veut que nous ayons la joie d'utiliser les dons et les talents qu'il nous a donnés pour faire du monde qui nous entoure un endroit meilleur pour les autres et pour nous-mêmes. Il nous a donné sa Parole pour nous aider à apprendre ce que nous devons savoir si nous voulons prendre de bonnes décisions et suivre le Seigneur toujours plus clairement dans nos vies. Nous devons apprendre de la Parole et nous devons utiliser ce que nous apprenons pour réfléchir aux modèles de nos préoccupations, pensées, paroles et actions. Alors que nous nous tournons vers une nouvelle année civile, que chacun d'entre nous s'engage dans le travail personnel qui aidera cette année à être une meilleure année pour nous et pour tous ceux qui entrent en contact avec nous.

(références: La Divine Providence 278 [1-3]; La Doctrine sur l'Écriture Sainte 114, 115)


Traduire: