Comentario

 

La liberté d'expression. La liberté de pensée. La liberté de religion.

      |

Por New Christian Bible Study Staff (Traducido por computadora al español Français)

Sunrise over a field of grain.

La liberté de parole. La liberté de pensée. La liberté de religion. C'est important. Elles sont dans les nouvelles. Comment se rapportent-elles au christianisme ? Commençons à y réfléchir.

Que dit la Bible à leur sujet ?

Prenons l'exemple de Jean le Baptiste. Il était l'orateur libre essentiel, la "voix de celui qui crie dans le désert", préparant le chemin pour Dieu. Il a parlé librement, déclarant une religion nouvelle et vivante. Mais Hérode est intervenu, l'a capturé, l'a emprisonné et l'a tué. Jean (j'ai quelque chose dont je dois parler librement) est le gentil, Hérode (je n'aime pas ton discours) est le méchant.

Dans Daniel 6:7-23, Il y a la célèbre histoire de Daniel et de la fosse aux lions. Daniel a été jeté aux lions parce qu'il parlait librement - en priant Jéhovah, pas le roi Darius - contre un décret du gouvernement. Daniel est le gentil. Darius, jusqu'à ce qu'il se repente, est le méchant.

L'exemple biblique le plus puissant se trouve peut-être dans le ministère de Jésus, qui exigeait la liberté de parole - la liberté de former, d'enseigner et de créer une nouvelle religion. Sa liberté de parole a révolutionné les pensées de ses auditeurs. Et qu'ont fait les puissants chefs religieux de l'époque ? Ils l'ont accusé de blasphémer. Ils ont essayé de le piéger. Pour qu'il se rétracte. Qu'il se taise. Il savait qu'il ne pouvait pas faire cela ; sa mission était d'apporter de nouvelles vérités à un monde assoiffé.

Il y a une grande scène de "liberté d'expression" lors de l'entrée de Jésus à Jérusalem le dimanche des Rameaux, dans le livre "La liberté d'expression". Luc 19:37-40:

Ce sont des exemples assez clairs. La Bible valorise la liberté d'expression.

La liberté d'expression et la liberté de pensée sont étroitement liées. La communication profonde est une grande partie de ce qui fait de nous des êtres humains. Les humains ont développé la capacité de coopérer à grande échelle par le biais d'histoires partagées. Si nous ne pouvons pas parler librement, nous perdons la capacité de communiquer de vraies pensées, et nous perdons la capacité de partager de nouvelles idées, et notre potentiel diminue.

Voici trois extraits des œuvres de Swedenborg qui se rapportent à ce sujet :

"...lorsque la liberté d'expression et la liberté de la presse sont réduites, la liberté de penser, c'est-à-dire d'examiner les choses de manière pleine et entière, en souffre également..... Notre compréhension supérieure s'adapte donc à la quantité de liberté dont nous disposons pour dire et faire ce que nous considérons." (La Vraie Religion Chrétienne 814).

"Personne non plus n'est réformé dans un état d'aveuglement intellectuel. Ces individus non plus n'ont pas conscience des vérités et ne connaissent pas la vie, car c'est notre discernement qui doit nous instruire sur ces questions et notre volition qui doit les mettre en œuvre. Lorsque notre volition fait ce que notre discernement lui dit de faire, alors nous avons une vie en accord avec les vérités ; mais lorsque notre discernement est aveugle, notre volition est également bloquée." (La Divine Providence 144)

"Personne n'est réformé dans les états où la liberté et la rationalité sont absentes." (La Divine Providence 38)

Je parlais de cela avec un ami, et il m'a rappelé qu'il existe des zones grises, où une certaine liberté et un certain discernement existent, mais ils sont limités. Je pense qu'il a raison ; nous vivons le plus souvent dans ces zones grises. Il existe probablement de rares cas où la liberté et la rationalité sont à zéro - peut-être lorsque quelqu'un est dans le coma. Et je doute que quelqu'un ait une liberté ou un discernement à 100%. D'une certaine manière, cela rend la liberté d'expression et de pensée encore plus importante. La vie n'est pas limpide, ni libre, et les choses qui peuvent nous aider dans notre quête de compréhension et de liberté sont vraiment précieuses.

L'exemple d'Helen Keller en témoigne. Elle a appelé le jour où Anne Sullivan est arrivée chez elle "l'anniversaire de mon âme". Dans son autobiographie, L'histoire de ma vie (1903), Keller décrit le moment où elle a réalisé que le mouvement des doigts d'Anne, épelant w-a-t-e-r dans sa main, symbolisait l'eau qu'elle versait sur sa main :

"Je suis restée immobile, toute mon attention fixée sur les mouvements de ses doigts. Soudain, j'ai ressenti une conscience brumeuse comme de quelque chose d'oublié - un frisson de retour de la pensée ; et d'une certaine manière, le mystère du langage m'a été révélé..... La parole vivante a réveillé mon âme, lui a donné la lumière, l'espoir, l'a libérée !"

Helen Keller a également dit : "On ne peut jamais consentir à ramper quand on ressent une impulsion à planer."

La liberté d'expression et la liberté de pensée ont besoin l'une de l'autre. Et... qu'en est-il de la religion ?

La religion est un ensemble de pensées fondamentales. Si vous n'êtes pas libre de parler, votre pensée est entravée. Si vous n'êtes pas libre de penser, comment pouvez-vous espérer atteindre les idées fondamentales sur la raison de notre existence, et ce que nous allons faire - comment nous allons vivre ? La religion est au cœur de tout cela. Même si l'on rejette complètement la religion, on vit toujours selon un certain système de croyances, même s'il est matérialiste ou nihiliste.

Si on vous dit ce que vous devez croire, ça ne marche généralement pas très bien. Il y a une tendance naturelle à se rebeller. Nous avons besoin de cette liberté pour comprendre les choses par nous-mêmes.

Albert Einstein a dit quelque chose qui va dans ce sens :

- Paul Schilpp, "Albert Einstein : Philosophe-Scientifique (1949) 'Notes autobiographiques' ".

Et... voici un autre extrait de l'œuvre de Swedenborg, Le ciel et l'enfer :

En un mot, tout ce qui n'entre pas en nous dans la liberté ne reste pas avec nous, parce que cela n'appartient pas à notre amour ou à nos intentions ; et tout ce qui n'appartient pas à notre amour ou à nos intentions n'appartient pas à notre esprit. La réalité effective de notre esprit est amour ou volition - en utilisant l'expression "amour ou volition" parce que tout ce que nous aimons, nous le voulons. C'est pourquoi nous ne pouvons être réformés que dans un état de liberté. (Du Ciel et de l'Enfer 598)

M. Scott Peck renforce cette idée :

Il n'y a pas de bonne religion de seconde main. Pour être vitale, pour être le meilleur dont nous sommes capables, notre religion doit être entièrement personnelle, forgée entièrement par le feu de nos interrogations et de nos doutes dans le creuset de notre propre expérience de la réalité. - M. Scott Peck - Le chemin le moins fréquenté

Enfin, revenons pour voir ce que la Bible dit à ce sujet, dans ces deux récits :

Saul de Tarse persécutait les chrétiens -- il essayait de détruire leur liberté de religion. Il a fait une expérience de conversion miraculeuse qui l'a conduit à être rebaptisé Paul, le grand enseignant et évangéliste chrétien. (Voir Les Actes des Apôtres 9)

Shadrach, Meshach et Abednego ont été persécutés - jetés dans une fournaise ardente - pour avoir adoré à leur manière, en refusant les édits de Nebuchadnezzar. Ils ont été sauvés par un ange, qui les a empêchés d'être brûlés. (Voir Daniel 3)

Pour finir...

Il est assez clair que la liberté d'expression, la liberté de pensée et la liberté de religion font partie du même tissu. Ils font partie intégrante de l'être humain. Elles sont bien soutenues dans la Bible. Elles ont été tissées dans les meilleurs gouvernements de notre époque.

Nous devons en prendre soin. Ils sont nécessaires pour que nous puissions apprendre la vérité et rejeter la fausseté - et pour que nous puissions "cesser de faire le mal et apprendre à faire le bien". (Ésaïe 1:16)

De obras de Swedenborg

 

Du Ciel et de L'Enfer #598

Estudiar este pasaje

      
/ 603  
  

598. L'homme ne peut être reformé à moins qu'il n'ait la liberté, parce qu'il naît dans des maux de tout genre, qui doivent être éloignés pour qu'il puisse être sauvé. Ces maux ne peuvent être éloignés que s'il les voit, les reconnaît, ensuite cesse de les vouloir, et enfin les a en aversion. Alors seulement ils sont éloignés, ce qui ne peut se faire que si l'homme est en même temps dans le bien et dans le mal. D'après le bien, en effet, il peut voir les maux, mais d'après le mal il ne peut voir les biens. L'homme apprend dès l'enfance, par la lecture de la Parole et par la prédication, les biens spirituels auxquels il peut penser ; il apprend par la vie dans le monde les biens moraux et civiques. Voilà en premier lieu pourquoi l'homme doit être dans la liberté. En second lieu, rien n'est approprié à l'homme s'il ne le fait d'après l'affection qui appartient à l'amour. Tout le reste, il est vrai, peut entrer, mais pas au-delà de la pensée et n'atteint pas la volonté. Ce qui n'entre pas dans la volonté de l'homme ne devient pas sa propriété, car la pensée tire ce qui lui appartient de la mémoire, mais la volonté tire ce qui lui appartient de la vie même. Tout ce qui est libre vient toujours de la volonté, ou de l'affection appartenant à l'amour. En effet, tout ce que l'homme veut ou aime, il le fait librement. Il en résulte que la liberté de l'homme et l'affection qui appartient à son amour sont un. C'est pourquoi la liberté est donnée à l'homme, afin qu'il puisse être affecté par le vrai et le bien, ou les aimer, et ainsi les considérer comme siens. En un mot, tout ce qui n'entre pas librement chez l'homme, ne reste pas, parce que cela n'appartient pas à son amour ou à sa volonté, et que ce qui n'appartient pas à l'amour ou à la volonté de l'homme n'appartient pas à son esprit, car l'être de l'esprit de l'homme est l'amour ou la volonté. Il est dit l'amour ou la volonté, car ce que l'homme aime, il le veut. C'est la raison pour laquelle l'homme ne peut être reformé que dans la liberté. Mais on trouvera plus de détails sur la liberté de l'homme dans les Arcanes Célestes, aux passages plus loin.

  
/ 603  
  

Thanks to the New Church clergy and their congregations in Francophone West Africa for providing scanned and corrected typescript of the Le Boys des Guays translation.